Éphéméride du 23 février

Pour accompagner la réforme du lycée qui se profile, le gouvernement évoque la nécessité d’attester d’un niveau européen B2 en langues par une certification externe et privée pour chaque élève de terminale, ce qui interroge sur la place de l’évaluation des langues au baccalauréat et sur le contenu des enseignements pour préparer les élèves à ces tests privés.

L’établissement public de formation que nous sommes se remémore avec joie, en ce jour, le 23 février 1959, date à laquelle la Cour Européenne des Droits de l’Homme a poussé son premier cri lors de sa première réunion, organisation instituée par le Conseil de l’Europe et qui protège les droits de tous les habitants de l’Union Européenne.

Ah ! Le Conseil de l’Europe, vénérable institution connue de tous les enseignants de langues et des formateurs pour avoir changé leur vie professionnelle en publiant le Cadre Européen de Référence pour les Langues (CECRL pour les intimes) et ses niveaux A1, A2, B1, B2… qu’il a fallu attester par des certifications !

Malheureusement, le 23 février 2018, Continuer la lecture de « Éphéméride du 23 février »

Concret, nom masc. : mot-corbeille en éducation et en formation

CC - BY

De la pratique et du concret ! À entendre cet appel répandu, en particulier dans certains secteurs, on pourrait presque discerner deux mondes que tout sépare : d’un côté, celui des préoccupations vraies, des questions de terrain et des aléas du quotidien ; de l’autre, un bric à brac de bavardages et d’astuces décoratives, mêlé de grands discours jargonnants.

Actu aidant, parlons un peu de concrétude – ou plutôt, histoire de ne pas trop philosopher, de concret. Véritable récurrence discursive en formation des personnels du professorat et de l’éducation, ce leitmotiv prend les contours d’un reproche à ce point fréquent qu’il est régulièrement relayé par la presse, les forums de discussions et les tweets à la dégaine facile. Au point de déborder ici et là sur la table du politique… Le journal Ouest-France du 6 juillet 2017 relate ainsi qu’« en mai dernier, Jean-Michel Blanquer, tout juste nommé ministre de l’Éducation nationale, affichait comme premier objectif de « s’attacher aux problèmes concrets » », ce qui résonne d’autant plus en formation que ce dernier, à la faveur d’un « Grand entretien » donné au magazine Direction (245, SNPDEN) en mars 2017, annonçait que « dans la formation des professeurs, […] il faut réussir à articuler beaucoup mieux qu’aujourd’hui les contenus académiques d’excellence et les perspectives pédagogiques concrètes ». Continuer la lecture de « Concret, nom masc. : mot-corbeille en éducation et en formation »

Les inégalités scolaires en France : évolutions, contradictions et paradoxes

CC BY-NC 2.0

Introduction

Les résultats obtenus par les élèves français lors de l’évaluation internationale PISA de 2015, publiés en décembre 2016, à l’instar de ceux de 2009 et de 2012, attestent à la fois une augmentation de la proportion d’élèves en difficultés et l’accroissement des inégalités scolaires de performance. Ils montrent que la France est l’un des pays de l’OCDE où le poids de l’inégalité sociale sur l’inégalité scolaire est le plus important. Comment expliquer cela alors que plusieurs initiatives politiques visant à démocratiser l’éducation et à réduire les inégalités scolaires se sont succédées au cours du XXe siècle et au début XXIe siècle ?

Nous nous attacherons essentiellement dans cet article à une des questions majeures posées à l’héritage et aux évolutions du système éducatif français, à savoir sa capacité à pouvoir conjuguer, d’une part, diffusion accrue de l’instruction et des savoirs et élévation du niveau de formation des nouvelles générations et, de l’autre, réduction des inégalités sociales, sexuées ou territoriales, d’accès aux études, aux diplômes et aux savoirs – – ce que l’historien A. Prost a nommé démocratisation quantitative et démocratisation qualitative (Prost, 1986, 2000). Nous montrerons que les réalités et processus qu’il est possible de mettre au jour à partir de cette question sont très complexes et parfois contradictoires, parce que la France est sans doute un des pays où la question des inégalités scolaires est une des questions politiquement les plus vives tout en étant l’un des pays de l’OCDE où le poids de l’origine sociale sur les performances et les parcours scolaires est le plus important, mais aussi parce qu’on y observe des évolutions différentes, voire opposées, selon que l’on s’intéresse centralement aux inégalités entre classes sociales, entre sexes ou entre territoires, et parce que la politique d’éducation prioritaire, qui se propose depuis 1981 de contribuer à corriger les inégalités sociales face à l’école dans les zones où elles sont les plus criantes, a été diversement mise en œuvre et n’a obtenu que des résultats relativement décevants. Continuer la lecture de « Les inégalités scolaires en France : évolutions, contradictions et paradoxes »