François BON, Éducateur de la mémoire (Sur l’essai de Daniel PORTUGAIS, Nice, 2018)

Dans Tous les mots sont adultes (Fayard, 2005 [2000]), alors qu’il vante le recours aux inventaires pour les ateliers d’écriture (p. 32), François Bon écrit ceci, à propos des clés : « décrite chacune en une ou quelques lignes, de toutes les portes qu’on peut, sur l’instant. Se remémorer avec précision ».

Celles que procure Daniel Portugais, dans son essai, sont inédites. Intitulé Origine, mémoire, épiphanie du réel dans l’œuvre narrative de François Bon, le volume, qui coïncide avec une recherche doctorale conduite à l’Université de Nice (dir. Alain Tassel), contient 469 pages, auxquelles s’ajoutent 2 pages de sommaire, 17 de bibliographie, 8 d’index et 16 autres de courriels échangés avec l’auteur.

Ce travail d’érudition montre dans quelle mesure l’œuvre de François Bon s’inscrit dans la socio-histoire d’une génération d’écrivains qui, de Pierre Bergounioux à Annie Ernaux, en passant par Pierre Michon, ont reconfiguré simultanément le biographique, l’écriture documentariste et la fiction narrative. Entre éclectisme littéraire et philosophie du temps présent, les ouvrages de Bon, sans exclure une forme d’encyclopédisme, ont entre autres pour projet de promouvoir dans et par la littérature un monde qui relève à proprement parler du démémoré. L’écriture se voit elle-même objet d’investigation, à la fois autobiographique, litanique, romanesque et journalistique (comme dans Daewoo ou Autoroute), mais aussi alternativement historique et anhistorique.

Continuer la lecture de « François BON, Éducateur de la mémoire (Sur l’essai de Daniel PORTUGAIS, Nice, 2018) »

I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:%22FridaysForFuture%22_protest_Berlin_14-12-2018_17.jpg

« I have a green dream », « Il n’y a pas de petits gestes quand on est des millions », « Life in plastic isn’t fantastic », « la terre c’est comme la bière plus c’est chaud moins c’est bon », « on ne nique pas sa mer » etc. Tous ces slogans issus de la manifestation bruxelloise du 14 février 2019 de Youth for climate illustrent à la fois le coté potache de la gigantesque manifestation hebdomadaire qui regroupe plusieurs dizaines de milliers de jeunes lycéens et étudiants, mais aussi la force d’une partie de la jeunesse qui décide, avec ses propres moyens d’entrer dans le débat politique sur la question climatique.

Comme souvent au départ, dans notre société de la communication, une image  émerge, forte et émouvante. Ici c’est celle de Greta Thunberg, jeune adolescente suédoise, le visage fermée, seule devant le parlement suédois avec sa pancarte « Skolstrejk För klimatet ». Son action, faire grève de l’école tous les vendredis depuis la rentrée scolaire en aout 2018 devient emblématique d’une jeunesse qui veut lutter pour son avenir. Nous avons dans un récent article, rappelé comment et pourquoi son message percutant devenait un levier pour contester l’immobilisme des gouvernants face à l’urgence nécessaire d’une transition écologique. Les manifestations Youth for climate se multiplient avec un mot d’ordre clair d’une convergence de toutes les contestations dans le monde le 15 mars par une grève scolaire mondiale pour l’avenir.

Continuer la lecture de « I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ? »

Argumenter et s’engager. Vers une démocratie participative ?

Développer les compétences argumentatives des élèves et leur esprit critique est un objectif d’apprentissage qui se retrouve dans les programmes officiels à tous les niveaux de la scolarité et dans de nombreuses disciplines, se situant autant dans le champ des sciences que dans celui des sciences humaines. Ce sont des compétences d’un haut niveau sur le plan intellectuel, qui conjuguent des dimensions langagières, cognitives, sociales et émotionnelles. Entre autres, il s’agit d’être capable d’articuler par un raisonnement une thèse à une ou plusieurs justifications, de se décentrer pour pouvoir écouter et prendre en compte le point de vue d’autrui, ou encore de questionner de façon critique non seulement les idées des autres, mais aussi ses propres idées[1]. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que l’apprentissage de ces compétences et le développement d’une posture critique s’inscrivent dans une temporalité longue et ne peuvent s’envisager qu’en s’appuyant sur de nombreuses opportunités offertes aux élèves de pratiquer l’argumentation, notamment en situation de débat, et de porter un regard réflexif sur leur propre argumentation[2].

Continuer la lecture de « Argumenter et s’engager. Vers une démocratie participative ? »

Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?

« Durf denken » (ose penser) est l’une des devises de la prestigieuse Université de Gand en Belgique, c’est aussi le nom d’une initiative de 2018 de cette université pour tester l’esprit critique des étudiants.

Cette « expérience sociale » a été préparée par plusieurs enseignants pour  observer le degré de soumission à l’autorité des étudiants ainsi que leur capacité à s’insurger.

Le contexte est donc très particulier, des amphis pleins avec des centaines d’étudiants, des enseignants qui assenaient avec force et autorité lors d’un cours magistral des contre-vérités sur la théorie de l’évolution ou des provocations à l’égard des étudiants.

Ce test est dans l’esprit de l’expérience pédagogique relaté dans le film La vague, film que nous avions étudié avec les étudiants de M1 de la Faculté d’Education il y a quelques années lors des soirées du Cedrhe. L’idée initiale était la même : lutter contre l’obéissance aveugle à une autorité quelle qu’elle soit. Dans La vague, un enseignant, pour faire comprendre à sa classe ce qu’est un régime autoritaire et totalitaire, « crée » les conditions de la soumission d’un groupe.

Continuer la lecture de « Oser penser pour oser agir : une initiative osée ? »