Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?

« Durf denken » (ose penser) est l’une des devises de la prestigieuse Université de Gand en Belgique, c’est aussi le nom d’une initiative de 2018 de cette université pour tester l’esprit critique des étudiants.

Cette « expérience sociale » a été préparée par plusieurs enseignants pour  observer le degré de soumission à l’autorité des étudiants ainsi que leur capacité à s’insurger.

Le contexte est donc très particulier, des amphis pleins avec des centaines d’étudiants, des enseignants qui assenaient avec force et autorité lors d’un cours magistral des contre-vérités sur la théorie de l’évolution ou des provocations à l’égard des étudiants.

Ce test est dans l’esprit de l’expérience pédagogique relaté dans le film La vague, film que nous avions étudié avec les étudiants de M1 de la Faculté d’Education il y a quelques années lors des soirées du Cedrhe. L’idée initiale était la même : lutter contre l’obéissance aveugle à une autorité quelle qu’elle soit. Dans La vague, un enseignant, pour faire comprendre à sa classe ce qu’est un régime autoritaire et totalitaire, « crée » les conditions de la soumission d’un groupe.

Continuer la lecture de « Oser penser pour oser agir : une initiative osée ? »

Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ?

Prendre l’initiative de lancer l’alerte n’est pas d’hier. Le moins que l’on puisse faire consisterait à reconnaître cette démarche à tous les êtres vivants depuis les débuts du monde, jusqu’aux plantes, qui elles aussi préviennent, à leur manière, de ce qui les tourmente.

Avant tout, alerter ne se réduit pas au fait de porter à la connaissance de tou.te.s. Cela revient aussi, la plupart du temps, à se positionner contre. Dans un article paru en 1989 à propos notamment des contradictions, Marc Angenot note que « pour évaluer l’écart d’intelligibilité qui sépare, en un moment historique déterminé », les discours « légitimés par tous » et les contre-discours, « nous ne pouvons nous fier ni au jugement de notre propre temps, ni au repérage de marques formelles d’une subversion des codes prévalants » (p. 19). En bref, on peut mettre toutes les étiquettes qu’on veut sur l’expression contestataire, il est tout aussi difficile de résumer un contre-discours ambiant qu’un discours dominant (Van Dijk, 1988, p. 138 ; Fairclough, 2001).

Continuer la lecture de « Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ? »

Le Talon de Fer

Le talon de fer

Écrit en 1907 par Jack London, le talon de fer est devenu un symbole de l’œuvre prémonitoire. Il apparait comme un roman d’intuition sur la situation politique et sociale de son temps et met en lumière les indices  de glissement vers une dictature.

Comment en 1907 penser les prémisses de ce que sera un régime non seulement autoritaire mais totalitaire ? Comment à partir des éléments présents percevoir des indices de conflits et de mutations ?

On l’a parfois sous-entendu pour d’autres périodes quand Robespierre en 1794 s’inquiète  de la venue « d’un messie botté » ou lorsque George Orwell,  en 1948 annonce « 1984 ».

Ce fut le cas avec London qui en 1907 prévoit l’instauration d’un régime fasciste si la révolution prolétarienne échoue. Léon Trotski ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit en 1937 la préface de l’ouvrage de London : « L’accumulation de la haine sociale, la montée irréversible de cataclysmes sanglants, toutes ces questions Jack London les a senties avec une intrépidité qui nous contraint sans cesse à nous demander avec étonnement : quand donc ces lignes furent-elles écrites ? Etait-ce bien avant la guerre ? »

Du point de vue historique Marc Bloch a montré la possibilité d’analyser « à chaud » en historien dans l’étrange défaite la situation de 1940. Comment établir une analyse avec des confrontations de sources et des analyses fines permettant non pas une stricte « expérience de l’histoire » ou encore moins une prémonition mais une mise en perspective rigoureuse permettant d’agir sur le présent.

En sommes-nous capables ? Comment hiérarchiser les informations et ne pas seulement les assimiler ?

Comment analysons-nous l’évolution politique autoritaire de pays de l’Union européenne  comme la Hongrie ou la Pologne ? Comment pouvons-nous accepter l’absence d’une réflexion de fond sur l’importance des migrants dans notre pays ?

Plus récemment le fait que des étudiants qui occupent des amphis soient attaqués par des groupes violents et cagoulés à Montpellier, à Lille, à Strasbourg, à Nantes ne fait-il pas un écho à un plan organisé ou tout au moins à des volontés de coordination ? Pourquoi rester sur des « études de cas » pointues qui prennent en compte les contextes, les situations et les acteurs locaux mais ne pas aussi dans le même temps déceler une volonté plus générale qui voit notre pays touché par des groupes extrémistes fascisants s’implanter dans certains quartiers, chercher à s’imposer comme l’a fait il y a quelque années le mouvement fasciste Aube Dorée en Grèce ou Casapound en Italie ? 

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Le Talon de Fer," in Les Carnets du Cedrhe, 07/05/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/174.

Éphéméride du 23 février

Pour accompagner la réforme du lycée qui se profile, le gouvernement évoque la nécessité d’attester d’un niveau européen B2 en langues par une certification externe et privée pour chaque élève de terminale, ce qui interroge sur la place de l’évaluation des langues au baccalauréat et sur le contenu des enseignements pour préparer les élèves à ces tests privés.

L’établissement public de formation que nous sommes se remémore avec joie, en ce jour, le 23 février 1959, date à laquelle la Cour Européenne des Droits de l’Homme a poussé son premier cri lors de sa première réunion, organisation instituée par le Conseil de l’Europe et qui protège les droits de tous les habitants de l’Union Européenne.

Ah ! Le Conseil de l’Europe, vénérable institution connue de tous les enseignants de langues et des formateurs pour avoir changé leur vie professionnelle en publiant le Cadre Européen de Référence pour les Langues (CECRL pour les intimes) et ses niveaux A1, A2, B1, B2… qu’il a fallu attester par des certifications !

Malheureusement, le 23 février 2018, Continuer la lecture de « Éphéméride du 23 février »