Le Talon de Fer

Le talon de fer

Écrit en 1907 par Jack London, le talon de fer est devenu un symbole de l’œuvre prémonitoire. Il apparait comme un roman d’intuition sur la situation politique et sociale de son temps et met en lumière les indices  de glissement vers une dictature.

Comment en 1907 penser les prémisses de ce que sera un régime non seulement autoritaire mais totalitaire ? Comment à partir des éléments présents percevoir des indices de conflits et de mutations ?

On l’a parfois sous-entendu pour d’autres périodes quand Robespierre en 1794 s’inquiète  de la venue « d’un messie botté » ou lorsque George Orwell,  en 1948 annonce « 1984 ».

Ce fut le cas avec London qui en 1907 prévoit l’instauration d’un régime fasciste si la révolution prolétarienne échoue. Léon Trotski ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit en 1937 la préface de l’ouvrage de London : « L’accumulation de la haine sociale, la montée irréversible de cataclysmes sanglants, toutes ces questions Jack London les a senties avec une intrépidité qui nous contraint sans cesse à nous demander avec étonnement : quand donc ces lignes furent-elles écrites ? Etait-ce bien avant la guerre ? »

Du point de vue historique Marc Bloch a montré la possibilité d’analyser « à chaud » en historien dans l’étrange défaite la situation de 1940. Comment établir une analyse avec des confrontations de sources et des analyses fines permettant non pas une stricte « expérience de l’histoire » ou encore moins une prémonition mais une mise en perspective rigoureuse permettant d’agir sur le présent.

En sommes-nous capables ? Comment hiérarchiser les informations et ne pas seulement les assimiler ?

Comment analysons-nous l’évolution politique autoritaire de pays de l’Union européenne  comme la Hongrie ou la Pologne ? Comment pouvons-nous accepter l’absence d’une réflexion de fond sur l’importance des migrants dans notre pays ?

Plus récemment le fait que des étudiants qui occupent des amphis soient attaqués par des groupes violents et cagoulés à Montpellier, à Lille, à Strasbourg, à Nantes ne fait-il pas un écho à un plan organisé ou tout au moins à des volontés de coordination ? Pourquoi rester sur des « études de cas » pointues qui prennent en compte les contextes, les situations et les acteurs locaux mais ne pas aussi dans le même temps déceler une volonté plus générale qui voit notre pays touché par des groupes extrémistes fascisants s’implanter dans certains quartiers, chercher à s’imposer comme l’a fait il y a quelque années le mouvement fasciste Aube Dorée en Grèce ou Casapound en Italie ? 

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Le Talon de Fer," in Les Carnets du Cedrhe, 07/05/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/174.

Éphéméride du 23 février

Pour accompagner la réforme du lycée qui se profile, le gouvernement évoque la nécessité d’attester d’un niveau européen B2 en langues par une certification externe et privée pour chaque élève de terminale, ce qui interroge sur la place de l’évaluation des langues au baccalauréat et sur le contenu des enseignements pour préparer les élèves à ces tests privés.

L’établissement public de formation que nous sommes se remémore avec joie, en ce jour, le 23 février 1959, date à laquelle la Cour Européenne des Droits de l’Homme a poussé son premier cri lors de sa première réunion, organisation instituée par le Conseil de l’Europe et qui protège les droits de tous les habitants de l’Union Européenne.

Ah ! Le Conseil de l’Europe, vénérable institution connue de tous les enseignants de langues et des formateurs pour avoir changé leur vie professionnelle en publiant le Cadre Européen de Référence pour les Langues (CECRL pour les intimes) et ses niveaux A1, A2, B1, B2… qu’il a fallu attester par des certifications !

Malheureusement, le 23 février 2018, Continuer la lecture de « Éphéméride du 23 février »

Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes

Qu’est-ce qui légitime vraiment les opinions ? Le fait qu’elles se discutent, et qu’elles sont par ce biais soumises à la confrontation des points de vue et des représentations. Résister aux conclusions faciles, jugements à l’emporte-pièce et autres affirmations péremptoires ne peut que grandir nos sociétés contemporaines. Il est donc profitable qu’il y ait des controverses, y compris dans des domaines qui, comme l’éducation et la formation, s’avèrent particulièrement documentés par les pratiques, les ressources et les apports de la recherche. Or, la question se pose de savoir ce que deviennent les controverses à l’ère de l’opprobre.

Jeter (un) truc dans l’opprobre, ou faire du truc-bashing, consiste à dénigrer publiquement – entre calomnie perso, ignominie de groupe et charivari -, qui ou quoi l’on veut. En la matière, tout peut servir de serpillière ou de paillasson : une personne, une institution, un ouvrage, un domaine du savoir, une enquête… Et cela concerne jusqu’à des enquêtes telle que Lire Ecrire au CP, menée entre 2013 et 2015, avec le soutien de l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ) et de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), pour des données recueillies auprès de 134 classes de cours préparatoire (CP).

Dans son rapport rendu en décembre 2017 et intitulé L’Education nationale : organiser son évaluation pour améliorer sa performance (une autre « réforme qui reste à faire », en toute vraisemblance), la Cour des comptes consacre, page 52, quatre paragraphes sur cette enquête en les faisant suivre, dans une clausule lapidaire, d’un assertif « aucune position pour orienter des pratiques pédagogiques courantes n’a pu être dégagée ».

Certes, on peut toujours contester la méthodologie d’une enquête, ou bien entendu (tout ou) partie de ses conclusions, quand bien même ces dernières s’appuieraient sur des données tout à fait représentatives et sur une pratique d’investigation d’une déontologie exemplaire. De là à porter de tels jugements sur son opportunité, et surtout préjuger de ses répercussions, il existe une marge qui s’appelle, pour le dire assez simplement, un durcissement des discours.

Avec sa permission, les Carnets du Cedrhe reproduisent ci-après les démentis apportés par Roland Goigoux, coordonnateur de cette étude inédite en France, et dont les Controverses de Descartes du 19 mars 2016 n’avaient en toute vraisemblance pas réussi à réfuter le bien-fondé. Dans ces temps d’opprobre jeté sur l’éducation, et de ces récurrentes âneries qu’on entend sur les sciences qui la font avancer, il est important que l’information circule.

Frédéric Torterat, pour les Carnets Continuer la lecture de « Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes »

Une pizza Montessori, s’il-vous-plait !

Une école de ski Montessori ? Pourquoi pas finalement. Créée à la station de La Bresse en Alsace, la station Mooshot prône une inspiration montessorienne.

Où trouve-t-on une trace de Maria Montessori dans cette  initiative ? Sur le site de la nouvelle station, on parle d’une « certification Montessori » (sic) à venir mais surtout on fait référence au plaisir et au jeu. D’un autre coté heureusement, car on ne va a priori pas aller faire du ski pendant les vacances pour se prendre la tête. Les initiateurs le soulignent, ils veulent une école de ski libre avec un enseignement de type Montessori où l’enseignant s’adapte à l’élève : « On voulait un espace de liberté, du ski détendu». Mais on comprend le « concept » : surfer sur la vague Montessori, permettre aux parents de poursuivre leur action bienveillante  au-delà même des jeux Montessori achetés chez « Nature et découvertes » pour Noël. Continuer la lecture de « Une pizza Montessori, s’il-vous-plait ! »