Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ?

Prendre l’initiative de lancer l’alerte n’est pas d’hier. Le moins que l’on puisse faire consisterait à reconnaître cette démarche à tous les êtres vivants depuis les débuts du monde, jusqu’aux plantes, qui elles aussi préviennent, à leur manière, de ce qui les tourmente.

Avant tout, alerter ne se réduit pas au fait de porter à la connaissance de tou.te.s. Cela revient aussi, la plupart du temps, à se positionner contre. Dans un article paru en 1989 à propos notamment des contradictions, Marc Angenot note que « pour évaluer l’écart d’intelligibilité qui sépare, en un moment historique déterminé », les discours « légitimés par tous » et les contre-discours, « nous ne pouvons nous fier ni au jugement de notre propre temps, ni au repérage de marques formelles d’une subversion des codes prévalants » (p. 19). En bref, on peut mettre toutes les étiquettes qu’on veut sur l’expression contestataire, il est tout aussi difficile de résumer un contre-discours ambiant qu’un discours dominant (Van Dijk, 1988, p. 138 ; Fairclough, 2001).

Continuer la lecture de « Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ? »

Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes

Qu’est-ce qui légitime vraiment les opinions ? Le fait qu’elles se discutent, et qu’elles sont par ce biais soumises à la confrontation des points de vue et des représentations. Résister aux conclusions faciles, jugements à l’emporte-pièce et autres affirmations péremptoires ne peut que grandir nos sociétés contemporaines. Il est donc profitable qu’il y ait des controverses, y compris dans des domaines qui, comme l’éducation et la formation, s’avèrent particulièrement documentés par les pratiques, les ressources et les apports de la recherche. Or, la question se pose de savoir ce que deviennent les controverses à l’ère de l’opprobre.

Jeter (un) truc dans l’opprobre, ou faire du truc-bashing, consiste à dénigrer publiquement – entre calomnie perso, ignominie de groupe et charivari -, qui ou quoi l’on veut. En la matière, tout peut servir de serpillière ou de paillasson : une personne, une institution, un ouvrage, un domaine du savoir, une enquête… Et cela concerne jusqu’à des enquêtes telle que Lire Ecrire au CP, menée entre 2013 et 2015, avec le soutien de l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ) et de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), pour des données recueillies auprès de 134 classes de cours préparatoire (CP).

Dans son rapport rendu en décembre 2017 et intitulé L’Education nationale : organiser son évaluation pour améliorer sa performance (une autre “réforme qui reste à faire”, en toute vraisemblance), la Cour des comptes consacre, page 52, quatre paragraphes sur cette enquête en les faisant suivre, dans une clausule lapidaire, d’un assertif “aucune position pour orienter des pratiques pédagogiques courantes n’a pu être dégagée”.

Certes, on peut toujours contester la méthodologie d’une enquête, ou bien entendu (tout ou) partie de ses conclusions, quand bien même ces dernières s’appuieraient sur des données tout à fait représentatives et sur une pratique d’investigation d’une déontologie exemplaire. De là à porter de tels jugements sur son opportunité, et surtout préjuger de ses répercussions, il existe une marge qui s’appelle, pour le dire assez simplement, un durcissement des discours.

Avec sa permission, les Carnets du Cedrhe reproduisent ci-après les démentis apportés par Roland Goigoux, coordonnateur de cette étude inédite en France, et dont les Controverses de Descartes du 19 mars 2016 n’avaient en toute vraisemblance pas réussi à réfuter le bien-fondé. Dans ces temps d’opprobre jeté sur l’éducation, et de ces récurrentes âneries qu’on entend sur les sciences qui la font avancer, il est important que l’information circule.

Frédéric Torterat, pour les Carnets Continuer la lecture de « Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes »

L’éclipse pédagogique

Les programmes des candidats à la présidentielle sont maintenant connus concernant l’éducation. Bien sur la quasi-totalité de programmes  soulignent la volonté de leurs promoteurs de « faire un effort » en faveur de l’éducation prioritaire et d’une mixité sociale face à un système éducatif inégalitaire. Mais les mesures proposées se concentrent sur deux axes. Le premier concerne les questions de moyens, de nombre d’enseignants, d’heures de travail des enseignants. Certes ces questions sont importantes et l’accroissement ou la réduction drastique du nombre d’enseignants auront des incidences certaines. Le second axe de mesures se veut plus « technique » : nombre d’heures pour certaines disciplines dites « fondamentales », port de la blouse, d’un uniforme, absence des portables. Bref des propositions qui sous-tendent une sorte de nostalgie, de mythe d’un temps passé ou l’on « travaillait » à l’école ! Continuer la lecture de « L’éclipse pédagogique »