Se démémorer, vb, fig. : avoir délibérément la mémoire courte

Des inédits aux airs de déjà-vu aux trucs sans précédent qui se répètent, les « ruptures » qui n’en sont pas vraiment parcourent à ce point notre quotidien qu’on en viendrait à croire qu’il ne s’est rien passé – ou presque – auparavant. Et pourtant si : assujettir les conditions de travail, compromettre les droits sociaux élémentaires, remplacer les intellectuels mesurés par des bavards aux-avis-sur-tout n’a rien d’inhabituel du point de vue de l’Histoire. Il suffit, pour cela, de se remémorer ces périodes où la technique a grandi sans la Science, et où le monde des affaires s’est imposé en éborgnant la population. Rien qu’en ce qui concerne la France, nul besoin de revenir sur les événements de 1848 pour envisager des précédents : d’autres périodes peuvent facilement documenter ce qui mobilise une partie du pays depuis novembre 2018. Et dans ce domaine, si l’on veut résumer la mécanique à l’œuvre, rien de tel qu’une bonne vieille expression : ça passe ou ça casse. Continuer la lecture de « Se démémorer, vb, fig. : avoir délibérément la mémoire courte »

François BON, Éducateur de la mémoire (Sur l’essai de Daniel PORTUGAIS, Nice, 2018)

Dans Tous les mots sont adultes (Fayard, 2005 [2000]), alors qu’il vante le recours aux inventaires pour les ateliers d’écriture (p. 32), François Bon écrit ceci, à propos des clés : « décrite chacune en une ou quelques lignes, de toutes les portes qu’on peut, sur l’instant. Se remémorer avec précision ».

Celles que procure Daniel Portugais, dans son essai, sont inédites. Intitulé Origine, mémoire, épiphanie du réel dans l’œuvre narrative de François Bon, le volume, qui coïncide avec une recherche doctorale conduite à l’Université de Nice (dir. Alain Tassel), contient 469 pages, auxquelles s’ajoutent 2 pages de sommaire, 17 de bibliographie, 8 d’index et 16 autres de courriels échangés avec l’auteur.

Ce travail d’érudition montre dans quelle mesure l’œuvre de François Bon s’inscrit dans la socio-histoire d’une génération d’écrivains qui, de Pierre Bergounioux à Annie Ernaux, en passant par Pierre Michon, ont reconfiguré simultanément le biographique, l’écriture documentariste et la fiction narrative. Entre éclectisme littéraire et philosophie du temps présent, les ouvrages de Bon, sans exclure une forme d’encyclopédisme, ont entre autres pour projet de promouvoir dans et par la littérature un monde qui relève à proprement parler du démémoré. L’écriture se voit elle-même objet d’investigation, à la fois autobiographique, litanique, romanesque et journalistique (comme dans Daewoo ou Autoroute), mais aussi alternativement historique et anhistorique.

Continuer la lecture de « François BON, Éducateur de la mémoire (Sur l’essai de Daniel PORTUGAIS, Nice, 2018) »