Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?

« Durf denken » (ose penser) est l’une des devises de la prestigieuse Université de Gand en Belgique, c’est aussi le nom d’une initiative de 2018 de cette université pour tester l’esprit critique des étudiants.

Cette « expérience sociale » a été préparée par plusieurs enseignants pour  observer le degré de soumission à l’autorité des étudiants ainsi que leur capacité à s’insurger.

Le contexte est donc très particulier, des amphis pleins avec des centaines d’étudiants, des enseignants qui assenaient avec force et autorité lors d’un cours magistral des contre-vérités sur la théorie de l’évolution ou des provocations à l’égard des étudiants.

Ce test est dans l’esprit de l’expérience pédagogique relaté dans le film La vague, film que nous avions étudié avec les étudiants de M1 de la Faculté d’Education il y a quelques années lors des soirées du Cedrhe. L’idée initiale était la même : lutter contre l’obéissance aveugle à une autorité quelle qu’elle soit. Dans La vague, un enseignant, pour faire comprendre à sa classe ce qu’est un régime autoritaire et totalitaire, « crée » les conditions de la soumission d’un groupe.

Continuer la lecture de « Oser penser pour oser agir : une initiative osée ? »

Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ?

Prendre l’initiative de lancer l’alerte n’est pas d’hier. Le moins que l’on puisse faire consisterait à reconnaître cette démarche à tous les êtres vivants depuis les débuts du monde, jusqu’aux plantes, qui elles aussi préviennent, à leur manière, de ce qui les tourmente.

Avant tout, alerter ne se réduit pas au fait de porter à la connaissance de tou.te.s. Cela revient aussi, la plupart du temps, à se positionner contre. Dans un article paru en 1989 à propos notamment des contradictions, Marc Angenot note que « pour évaluer l’écart d’intelligibilité qui sépare, en un moment historique déterminé », les discours « légitimés par tous » et les contre-discours, « nous ne pouvons nous fier ni au jugement de notre propre temps, ni au repérage de marques formelles d’une subversion des codes prévalants » (p. 19). En bref, on peut mettre toutes les étiquettes qu’on veut sur l’expression contestataire, il est tout aussi difficile de résumer un contre-discours ambiant qu’un discours dominant (Van Dijk, 1988, p. 138 ; Fairclough, 2001).

Continuer la lecture de « Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ? »