Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes

Qu’est-ce qui légitime vraiment les opinions ? Le fait qu’elles se discutent, et qu’elles sont par ce biais soumises à la confrontation des points de vue et des représentations. Résister aux conclusions faciles, jugements à l’emporte-pièce et autres affirmations péremptoires ne peut que grandir nos sociétés contemporaines. Il est donc profitable qu’il y ait des controverses, y compris dans des domaines qui, comme l’éducation et la formation, s’avèrent particulièrement documentés par les pratiques, les ressources et les apports de la recherche. Or, la question se pose de savoir ce que deviennent les controverses à l’ère de l’opprobre.

Jeter (un) truc dans l’opprobre, ou faire du truc-bashing, consiste à dénigrer publiquement – entre calomnie perso, ignominie de groupe et charivari -, qui ou quoi l’on veut. En la matière, tout peut servir de serpillière ou de paillasson : une personne, une institution, un ouvrage, un domaine du savoir, une enquête… Et cela concerne jusqu’à des enquêtes telle que Lire Ecrire au CP, menée entre 2013 et 2015, avec le soutien de l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ) et de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), pour des données recueillies auprès de 134 classes de cours préparatoire (CP).

Dans son rapport rendu en décembre 2017 et intitulé L’Education nationale : organiser son évaluation pour améliorer sa performance (une autre « réforme qui reste à faire », en toute vraisemblance), la Cour des comptes consacre, page 52, quatre paragraphes sur cette enquête en les faisant suivre, dans une clausule lapidaire, d’un assertif « aucune position pour orienter des pratiques pédagogiques courantes n’a pu être dégagée ».

Certes, on peut toujours contester la méthodologie d’une enquête, ou bien entendu (tout ou) partie de ses conclusions, quand bien même ces dernières s’appuieraient sur des données tout à fait représentatives et sur une pratique d’investigation d’une déontologie exemplaire. De là à porter de tels jugements sur son opportunité, et surtout préjuger de ses répercussions, il existe une marge qui s’appelle, pour le dire assez simplement, un durcissement des discours.

Avec sa permission, les Carnets du Cedrhe reproduisent ci-après les démentis apportés par Roland Goigoux, coordonnateur de cette étude inédite en France, et dont les Controverses de Descartes du 19 mars 2016 n’avaient en toute vraisemblance pas réussi à réfuter le bien-fondé. Dans ces temps d’opprobre jeté sur l’éducation, et de ces récurrentes âneries qu’on entend sur les sciences qui la font avancer, il est important que l’information circule.

Frédéric Torterat, pour les Carnets Continuer la lecture de « Démentis de R. Goigoux à la suite d’un rapport de la Cour des Comptes »