I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:%22FridaysForFuture%22_protest_Berlin_14-12-2018_17.jpg

« I have a green dream », « Il n’y a pas de petits gestes quand on est des millions », « Life in plastic isn’t fantastic », « la terre c’est comme la bière plus c’est chaud moins c’est bon », « on ne nique pas sa mer » etc. Tous ces slogans issus de la manifestation bruxelloise du 14 février 2019 de Youth for climate illustrent à la fois le coté potache de la gigantesque manifestation hebdomadaire qui regroupe plusieurs dizaines de milliers de jeunes lycéens et étudiants, mais aussi la force d’une partie de la jeunesse qui décide, avec ses propres moyens d’entrer dans le débat politique sur la question climatique.

Comme souvent au départ, dans notre société de la communication, une image  émerge, forte et émouvante. Ici c’est celle de Greta Thunberg, jeune adolescente suédoise, le visage fermée, seule devant le parlement suédois avec sa pancarte « Skolstrejk För klimatet ». Son action, faire grève de l’école tous les vendredis depuis la rentrée scolaire en aout 2018 devient emblématique d’une jeunesse qui veut lutter pour son avenir. Nous avons dans un récent article, rappelé comment et pourquoi son message percutant devenait un levier pour contester l’immobilisme des gouvernants face à l’urgence nécessaire d’une transition écologique. Les manifestations Youth for climate se multiplient avec un mot d’ordre clair d’une convergence de toutes les contestations dans le monde le 15 mars par une grève scolaire mondiale pour l’avenir.

Continuer la lecture de « I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ? »

Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?

« Durf denken » (ose penser) est l’une des devises de la prestigieuse Université de Gand en Belgique, c’est aussi le nom d’une initiative de 2018 de cette université pour tester l’esprit critique des étudiants.

Cette « expérience sociale » a été préparée par plusieurs enseignants pour  observer le degré de soumission à l’autorité des étudiants ainsi que leur capacité à s’insurger.

Le contexte est donc très particulier, des amphis pleins avec des centaines d’étudiants, des enseignants qui assenaient avec force et autorité lors d’un cours magistral des contre-vérités sur la théorie de l’évolution ou des provocations à l’égard des étudiants.

Ce test est dans l’esprit de l’expérience pédagogique relaté dans le film La vague, film que nous avions étudié avec les étudiants de M1 de la Faculté d’Education il y a quelques années lors des soirées du Cedrhe. L’idée initiale était la même : lutter contre l’obéissance aveugle à une autorité quelle qu’elle soit. Dans La vague, un enseignant, pour faire comprendre à sa classe ce qu’est un régime autoritaire et totalitaire, « crée » les conditions de la soumission d’un groupe.

Continuer la lecture de « Oser penser pour oser agir : une initiative osée ? »

Le Talon de Fer

Le talon de fer

Écrit en 1907 par Jack London, le talon de fer est devenu un symbole de l’œuvre prémonitoire. Il apparait comme un roman d’intuition sur la situation politique et sociale de son temps et met en lumière les indices  de glissement vers une dictature.

Comment en 1907 penser les prémisses de ce que sera un régime non seulement autoritaire mais totalitaire ? Comment à partir des éléments présents percevoir des indices de conflits et de mutations ?

On l’a parfois sous-entendu pour d’autres périodes quand Robespierre en 1794 s’inquiète  de la venue « d’un messie botté » ou lorsque George Orwell,  en 1948 annonce « 1984 ».

Ce fut le cas avec London qui en 1907 prévoit l’instauration d’un régime fasciste si la révolution prolétarienne échoue. Léon Trotski ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit en 1937 la préface de l’ouvrage de London : « L’accumulation de la haine sociale, la montée irréversible de cataclysmes sanglants, toutes ces questions Jack London les a senties avec une intrépidité qui nous contraint sans cesse à nous demander avec étonnement : quand donc ces lignes furent-elles écrites ? Etait-ce bien avant la guerre ? »

Du point de vue historique Marc Bloch a montré la possibilité d’analyser « à chaud » en historien dans l’étrange défaite la situation de 1940. Comment établir une analyse avec des confrontations de sources et des analyses fines permettant non pas une stricte « expérience de l’histoire » ou encore moins une prémonition mais une mise en perspective rigoureuse permettant d’agir sur le présent.

En sommes-nous capables ? Comment hiérarchiser les informations et ne pas seulement les assimiler ?

Comment analysons-nous l’évolution politique autoritaire de pays de l’Union européenne  comme la Hongrie ou la Pologne ? Comment pouvons-nous accepter l’absence d’une réflexion de fond sur l’importance des migrants dans notre pays ?

Plus récemment le fait que des étudiants qui occupent des amphis soient attaqués par des groupes violents et cagoulés à Montpellier, à Lille, à Strasbourg, à Nantes ne fait-il pas un écho à un plan organisé ou tout au moins à des volontés de coordination ? Pourquoi rester sur des « études de cas » pointues qui prennent en compte les contextes, les situations et les acteurs locaux mais ne pas aussi dans le même temps déceler une volonté plus générale qui voit notre pays touché par des groupes extrémistes fascisants s’implanter dans certains quartiers, chercher à s’imposer comme l’a fait il y a quelque années le mouvement fasciste Aube Dorée en Grèce ou Casapound en Italie ? 

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Le Talon de Fer," in Les Carnets du Cedrhe, 07/05/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/174.

Une pizza Montessori, s’il-vous-plait !

Une école de ski Montessori ? Pourquoi pas finalement. Créée à la station de La Bresse en Alsace, la station Mooshot prône une inspiration montessorienne.

Où trouve-t-on une trace de Maria Montessori dans cette  initiative ? Sur le site de la nouvelle station, on parle d’une « certification Montessori » (sic) à venir mais surtout on fait référence au plaisir et au jeu. D’un autre coté heureusement, car on ne va a priori pas aller faire du ski pendant les vacances pour se prendre la tête. Les initiateurs le soulignent, ils veulent une école de ski libre avec un enseignement de type Montessori où l’enseignant s’adapte à l’élève : « On voulait un espace de liberté, du ski détendu». Mais on comprend le « concept » : surfer sur la vague Montessori, permettre aux parents de poursuivre leur action bienveillante  au-delà même des jeux Montessori achetés chez « Nature et découvertes » pour Noël. Continuer la lecture de « Une pizza Montessori, s’il-vous-plait ! »