Le Talon de Fer

Le talon de fer

Écrit en 1907 par Jack London, le talon de fer est devenu un symbole de l’œuvre prémonitoire. Il apparait comme un roman d’intuition sur la situation politique et sociale de son temps et met en lumière les indices  de glissement vers une dictature.

Comment en 1907 penser les prémisses de ce que sera un régime non seulement autoritaire mais totalitaire ? Comment à partir des éléments présents percevoir des indices de conflits et de mutations ?

On l’a parfois sous-entendu pour d’autres périodes quand Robespierre en 1794 s’inquiète  de la venue « d’un messie botté » ou lorsque George Orwell,  en 1948 annonce « 1984 ».

Ce fut le cas avec London qui en 1907 prévoit l’instauration d’un régime fasciste si la révolution prolétarienne échoue. Léon Trotski ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit en 1937 la préface de l’ouvrage de London : « L’accumulation de la haine sociale, la montée irréversible de cataclysmes sanglants, toutes ces questions Jack London les a senties avec une intrépidité qui nous contraint sans cesse à nous demander avec étonnement : quand donc ces lignes furent-elles écrites ? Etait-ce bien avant la guerre ? »

Du point de vue historique Marc Bloch a montré la possibilité d’analyser « à chaud » en historien dans l’étrange défaite la situation de 1940. Comment établir une analyse avec des confrontations de sources et des analyses fines permettant non pas une stricte « expérience de l’histoire » ou encore moins une prémonition mais une mise en perspective rigoureuse permettant d’agir sur le présent.

En sommes-nous capables ? Comment hiérarchiser les informations et ne pas seulement les assimiler ?

Comment analysons-nous l’évolution politique autoritaire de pays de l’Union européenne  comme la Hongrie ou la Pologne ? Comment pouvons-nous accepter l’absence d’une réflexion de fond sur l’importance des migrants dans notre pays ?

Plus récemment le fait que des étudiants qui occupent des amphis soient attaqués par des groupes violents et cagoulés à Montpellier, à Lille, à Strasbourg, à Nantes ne fait-il pas un écho à un plan organisé ou tout au moins à des volontés de coordination ? Pourquoi rester sur des « études de cas » pointues qui prennent en compte les contextes, les situations et les acteurs locaux mais ne pas aussi dans le même temps déceler une volonté plus générale qui voit notre pays touché par des groupes extrémistes fascisants s’implanter dans certains quartiers, chercher à s’imposer comme l’a fait il y a quelque années le mouvement fasciste Aube Dorée en Grèce ou Casapound en Italie ? 

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Le Talon de Fer," in Les Carnets du Cedrhe, 07/05/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/174.

Une pizza Montessori, s’il-vous-plait !

Une école de ski Montessori ? Pourquoi pas finalement. Créée à la station de La Bresse en Alsace, la station Mooshot prône une inspiration montessorienne.

Où trouve-t-on une trace de Maria Montessori dans cette  initiative ? Sur le site de la nouvelle station, on parle d’une « certification Montessori » (sic) à venir mais surtout on fait référence au plaisir et au jeu. D’un autre coté heureusement, car on ne va a priori pas aller faire du ski pendant les vacances pour se prendre la tête. Les initiateurs le soulignent, ils veulent une école de ski libre avec un enseignement de type Montessori où l’enseignant s’adapte à l’élève : « On voulait un espace de liberté, du ski détendu». Mais on comprend le « concept » : surfer sur la vague Montessori, permettre aux parents de poursuivre leur action bienveillante  au-delà même des jeux Montessori achetés chez « Nature et découvertes » pour Noël. Continuer la lecture de « Une pizza Montessori, s’il-vous-plait ! »

Repenser notre éducation : une urgence démocratique et républicaine

CC BY-NC-ND 2.0

Après les élections présidentielles et la formation du gouvernement, Loïc Chalmel, Jean Houssaye, Philippe Meirieu et Sylvain Wagnon, professeurs en sciences de l’éducation, appelent à une « Education nouvelle pour le temps présent » dans un texte intitulé :

L’élection du président de la République ne peut masquer ni les avancées électorales de l’extrême droite ni le désarroi d’une jeunesse qui aspire à un autre monde et ne trouve guère d’autre idéal que la consommation frénétique, le repli identitaire ou la fuite dans la transgression.

Continuer la lecture de « Repenser notre éducation : une urgence démocratique et républicaine »

L’éclipse pédagogique

Les programmes des candidats à la présidentielle sont maintenant connus concernant l’éducation. Bien sur la quasi-totalité de programmes  soulignent la volonté de leurs promoteurs de « faire un effort » en faveur de l’éducation prioritaire et d’une mixité sociale face à un système éducatif inégalitaire. Mais les mesures proposées se concentrent sur deux axes. Le premier concerne les questions de moyens, de nombre d’enseignants, d’heures de travail des enseignants. Certes ces questions sont importantes et l’accroissement ou la réduction drastique du nombre d’enseignants auront des incidences certaines. Le second axe de mesures se veut plus « technique » : nombre d’heures pour certaines disciplines dites « fondamentales », port de la blouse, d’un uniforme, absence des portables. Bref des propositions qui sous-tendent une sorte de nostalgie, de mythe d’un temps passé ou l’on « travaillait » à l’école ! Continuer la lecture de « L’éclipse pédagogique »