Le port de la blouse, une récurrence discursive

Les Carnets du Cedrhe se penchent, parmi d’autres déambulations, sur les coulisses de l’Histoire, avec leurs anecdotes, leurs trames politico-journalistiques, mais aussi leurs lots de réglementations qui n’ont jamais vu le jour. À ce propos, visitons ensemble cette proposition de Loi présentée au Sénat en janvier 2013 :

N° 262

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013

Enregistré à la Présidence du Sénat le 9 janvier 2013

PROPOSITION DE LOI

visant à instaurer le port d’uniformes scolaires et de blouses à l’école et au collège,

PRÉSENTÉE

Par Mme Sophie JOISSAINS, M. Bruno GILLES, Mme Joëlle GARRIAUD-MAYLAM, MM. René BEAUMONT, Jean Pierre CANTEGRIT, Michel HOUEL, Joël BILLARD, André FERRAND, Louis DUVERNOIS, Christian COINTAT, Robert Del PICCHIA, Bernard FOURNIER, Jean-Pierre LELEUX, Yves POZZO DI BORGO, et Serge DASSAULT et Mme Sylvie GOY-CHAVENT,

Sénateurs

(Envoyée à la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, sous réserve de la constitution éventuelle d’une commission spéciale dans les conditions prévues par le Règlement.)

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Blouses et uniformes scolaires ont accompagné les étudiants dans leur vie de tous les jours pendant de nombreuses années. Chaque école se distinguait par un uniforme différent. Il donnait aux élèves un sentiment d’appartenance à leur communauté scolaire.

En portant des vêtements structurés comme un uniforme, les élèves sont plus susceptibles d’avoir un état d’esprit adapté lorsqu’ils entrent dans l’environnement d’apprentissage. Ils sont beaucoup plus susceptibles d’exceller lorsqu’ils portent leur uniforme, que lorsqu’ils ne le font pas.

L’uniforme a depuis toujours été utilisé pour symboliser un lien d’appartenance. Il n’est pas une panacée mais un outil permettant de gommer symboliquement les différences sociales, ethniques et religieuses, permettant de marquer aussi un lieu différent de celui de l’espace privé. L’uniforme permet de donner un sentiment d’ordre et de discipline adapté à l’apprentissage du savoir.

Le port de l’uniforme n’est plus obligatoire depuis les événements de Mai 68. À l’époque, les professeurs et les étudiants clamaient leur indépendance et leur liberté, notamment vestimentaire. Ces dernières années néanmoins, le débat ne cesse d’être relancé. Plusieurs ministres de l’Éducation nationale ont proposé en effet de revenir à l’uniforme en réponse aux désordres scolaires.

L’uniforme porté par les sportifs fait rêver les joueurs comme les supporteurs. Porter le maillot de son équipe signifie faire corps avec le groupe.

La société moderne pousse les jeunes gens à se reconnaître à travers de faux identifiants, type baskets chères, téléphone portable high tech ou casquettes aux logos venus d’ailleurs, cela distrait et n’est pas propice à l’apprentissage des codes sociaux auxquels ils devront se conformer dans leur vie d’adulte.

 

PROPOSITION DE LOI

Article 1er 

Le port de l’uniforme ou de la blouse à l’intérieur des écoles primaires et des collèges est obligatoire.

Article 2

Il appartient à la direction de l’établissement de déterminer le vêtement, blouse ou uniforme, qui devra être porté en son sein.

Article 3

Ces dispositions prendront effet à la rentrée scolaire 2013 pour les écoles primaires, 2014 pour la première année de collège, 2015 pour la deuxième année de collège et 2016 pour la quatrième année de collège.

Treize sénateurs et trois sénatrices, cette année-là, ambitionnent ainsi d’amener « les élèves » vers un autre « état d’esprit ». Il s’agit alors de conforter un « lien d’appartenance » à l’Institution et à la Nation, à la faveur d’« un sentiment d’ordre et de discipline adapté à l’apprentissage du savoir ». Comment ? en « reven[ant] à l’uniforme » ou à « la blouse », et ce « en réponse aux désordres scolaires ». Dans cet élan civique, les élus rejoignent « plusieurs ministres de l’Éducation nationale » qui se sont, comme eux, insurgés contre une « société moderne [qui] pousse les jeunes gens à se reconnaître à travers de faux identifiants, type baskets chères, téléphone portable high tech ou casquettes aux logos venus d’ailleurs ».

Venus d’ailleurs… Vous nous direz que, non, il n’est pas possible que de telles billevesées figurent dans une très solennelle proposition de Loi. Vous n’envisagerez pas un seul instant que de minutieux sénateurs fassent allusion à un « ailleurs » insaisissable – genre truc qui vient de l’étranger –, ou insinuent de la sorte que « les événements de Mai 68 » aient à ce point infléchi, subverti, fourvoyé les « état[s] d’esprit », que rien ne va plus, et qu’il est temps de revenir à la blouse.

Mais cela ne s’arrête pas là, et quand la vaticination passe à la tergiversation, les voilà déclarer que, comme « l’uniforme porté par les sportifs », celui des élèves leur permettra de « faire corps avec le groupe ». Un brin pédagogues, les rédacteurs affirment sans réserve qu’écoliers comme collégiens « sont beaucoup plus susceptibles d’exceller lorsqu’ils portent leur uniforme, que lorsqu’ils ne le font pas ». Autrement dit, un élève d’un quartier défavorisé, et/ou tel autre pétri par la misère sociale, et/ou tel autre englué dans les difficultés d’apprentissage, trouvent enfin ici une solution à tous leurs maux : la BLOUSE.

Cette Loi ne sera jamais promulguée : les enfants et les ados de 2017 portent encore des « baskets » et des « casquettes aux logos venus d’ailleurs ». Pour autant, s’il est bien une assertion qui n’est guère péremptoire chez nos garants de l’ordre et des « codes sociaux », c’est que, depuis « ces dernières années », le « débat ne cesse d’être relancé ».

Et c’est le moins qu’on puisse dire : dans un article de Béatrice Colin paru dans le quotidien 20 Minutes du 4 avril 2015, intitulé « Toulouse : Le collège Pierre-de-Fermat a le blues de la blouse », la journaliste écrit : « Adieu sweat à capuche et jean slim vert flashy, le look des collégiens de Pierre-de-Fermat pourrait bien ressembler d’ici quelques années à celui des adolescents britanniques. Consultés sur le retour « de la blouse ou d’une tenue vestimentaire commune », les deux-tiers des parents d’élèves ont en effet répondu « oui » »…

Une initiative isolée, vraiment ? En parcourant par exemple le Règlement Intérieur 2012-2013 (en ligne) du Collège Anne-Marie Javouhey, situé à Senlis (60), on y apprend qu’« une tenue propre, discrète, soignée, adaptée à la vie scolaire est exigée », en ceci que « l’évolution de la mode et le goût des jeunes en matière de tenue vestimentaire ne permettent pas toutefois les excès ». D’où la réponse à tous ces maux venus de l’extérieur : « Le port de la blouse est obligatoire dans l’enceinte du collège. L’élève la boutonnera en cours et en étude ».

Bien sûr, cela se discute : quoi qu’on en dise, la blouse présente de réels avantages, et la porter n’a rien de si embarrassant. Qui plus est, certains uniformes n’ont rien à envier aux tenues chic, à la mode, in, et même high tech, pour reprendre l’élégante expression de nos sénateurs. Après tout, l’on peut concéder que, tant que les opinions s’expriment, fussent-elles en contradiction avec ce qui les précède, la Nation se révèle plutôt en bonne santé.

À propos de points de vue précisément, sans doute peut-on discuter du fait qu’un avis sur la société de son temps, tout en faisant mine de rejoindre l’opinion commune, générale, celle la plus représentée dans la population, s’élève au rang de réglementation. Or, affirmer que le port d’un quelconque « uniforme » permet de garantir l’institution scolaire des maux auxquelles elle est confrontée, relève moins de la doxa, que de ce qu’on appelle, ici et là, des « formations discursives ».

Dans Les Vérités de la Palice, paru chez Maspero en 1975, Michel Pêcheux appelle ainsi « ce qui, dans une formation idéologique donnée, c’est-à-dire à partir d’une position donnée dans une conjoncture donnée déterminée par l’état de la lutte des classes, détermine « ce qui peut et doit être dit«  » (p. 144). Avec un certain recul, Dominique Maingueneau, au fil d’un article intitulé « Pertinence de la notion de formation discursive en analyse de discours » (Langage et Société 135, 2011), souligne à cette occasion que nous touchons ici à « la réalité du discours, qui est mise en relation permanente du discours et de l’interdiscours ».

Ces remarques nous rappellent un élégant post du 6 février 2015 [13:15], dans lequel Dominique Mallié, forumeuse sur L’Express.Styles, pose innocemment la question suivante : « Est-ce que les rites peuvent nous sauver ? ». Extraits :

« Ce matin, j’ai bien rigolé en lisant la presse et « Comment restaurer l’autorité à l’école? » et de cette mesure dont on débat : Le retour du port de la blouse. Bon, le rapport avec l’autorité, on a du mal à le voir, mais passons, c’est de la blouse dont je veux parler, de l’uniforme. […] Ah ce monde qu’on croyait fini, qu’on croyait relégué à la littérature ou aux photos de Doisneau, voilà qu’il nous revient, et avec lui, toute une imagerie de l’école : la blouse grise, le col Claudine, les cheveux attachés, les classes de filles et celles de garçons, la craie, les pupitres, les plumes pour écrire, l’encrier, la règle pour taper sur les doigts, le poêle à bois au fond de la classe, l’odeur de la classe même, les godillots. […] Finis les tracas du matin : la perplexité devant ma penderie, une bonne blouse et hop, voilà un rite qui va remettre toutes les pendules à l’heure ! »

Ironique, ce billet ? Assurément. Car en matière de recommandations sur l’« ordre » évoqué par nos amis sénateurs dans leur proposition de Loi, l’idéologie n’est jamais loin. Envisageons cette dernière, avec Fred Hailon (Communication, Lettres et Sciences du langage 4(1), 2010), comme révélatrice d’« un système d’idées, […] un système de représentations, et concevo[ns] qu’il puisse y avoir, à côté du « caractère relativement stable » de l’idée politique en tant qu’elle s’impose socialement et communément, un « aspect flexible, dynamique, changeant, contextualisé et subjectif » de cette idée (Van Dijk 2006, 56-57) ».

Après tout… Même mû par un désir de « gommer […] les différences » et, en définitive, de bien faire, toute proposition de Loi en partie idéologisée présente des risques concrets, directs. Là encore, les propos tenus par les uns et les autres parlent d’eux-mêmes. Il nous suffit dès lors, pour conclure cette rubrique, de parcourir l’entretien entre le journaliste Olivier Rioux, et Robert Ménard, maire de Béziers, tel que relaté dans la Gazette de Montpellier du 12 novembre 2014 (n° 1377) :

« L’arrêté anti-crachats, était-ce bien utile : c’est déjà interdit depuis 1942 ?
Oui, sauf que c’est oublié, monsieur, c’est pas rappelé. Vous sortez, un peu, vous avez pas vu le nombre de gens qui crachent. Moi, on m’a expliqué à l’école qu’on ne crachait pas dans la cour. C’est parce que les jeunes voient les joueurs de foot cracher à longueur de temps qu’ils pensent que c’est bien. […]

Vous cherchez à présent à instaurer la blouse unique dans les écoles. Mais pour l’instant, les conseils d’école refusent.
J’arriverai à les convaincre. D’ailleurs, les parents sont déjà convaincus. Le problème, c‘est les corps intermédiaires, les syndicats d’enseignants, les fédés de parents d’élève politisées. La blouse, ça gomme les différences sociales. Aujourd’hui, l’uniforme, c’est les marques, selon le portefeuille de papa et maman. Ce n’est pas l’idée que j’ai de l’école de la République ».

Comme quoi, chacun se fait sa propre « idée » de la blouse… et de la doxa !

Cite this article as: Frédéric TORTERAT, "Le port de la blouse, une récurrence discursive," in Les Carnets du Cedrhe, 20/02/2017, https://cedrhe.hypotheses.org/54.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *