Se démémorer, vb, fig. : avoir délibérément la mémoire courte

Des inédits aux airs de déjà-vu aux trucs sans précédent qui se répètent, les « ruptures » qui n’en sont pas vraiment parcourent à ce point notre quotidien qu’on en viendrait à croire qu’il ne s’est rien passé – ou presque – auparavant. Et pourtant si : assujettir les conditions de travail, compromettre les droits sociaux élémentaires, remplacer les intellectuels mesurés par des bavards aux-avis-sur-tout n’a rien d’inhabituel du point de vue de l’Histoire. Il suffit, pour cela, de se remémorer ces périodes où la technique a grandi sans la Science, et où le monde des affaires s’est imposé en éborgnant la population. Rien qu’en ce qui concerne la France, nul besoin de revenir sur les événements de 1848 pour envisager des précédents : d’autres périodes peuvent facilement documenter ce qui mobilise une partie du pays depuis novembre 2018. Et dans ce domaine, si l’on veut résumer la mécanique à l’œuvre, rien de tel qu’une bonne vieille expression : ça passe ou ça casse.

À faire complaisamment la place aux mécanismes de la tromperie, on laisse ainsi « passer » de multiples doubles discours dont le présupposé de base est que la plupart des gens sont des oublieux, à qui l’on peut faire avaler n’importe quoi, pour peu qu’on s’y prenne avec le sourire. Cela rappelle assez le façadisme, à ses débuts réservé à certaine pratique architecturale, et qui s’est semble-t-il généralisé à de nombreux construits culturels contemporains. Ainsi ne parle-t-on plus de servitude mais d’ubérisation, tout comme l’erreur de com déclasse incidemment l’outrance et le parjure, alors même que suivant les sujets, a contrario, on assiste à un durcissement des discours. En témoigne, pour compte de duplicité, l’inlassable fabrique desdites « réformes » de ces années 2020 : « simplifier » la vie quotidienne n’a jamais autant compliqué le quotidien du service public, et « responsabiliser » les universités permet, surtout, de « programmer » la recherche. Concrètement, c’est comme si quelqu’un vous disait : je vais te compliquer la vie, diminuer tes droits, t’intimider si tu protestes, mais tout cela pour ton bien et celui de tes enfants.

Les trois « rapports » des groupes de travail mandatés par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, remis au Premier ministre le 23 septembre 2019 et diffusés en ligne, fonctionnent sur les mêmes mécanismes discursifs. En préambule, une énumération de « constats » dont personne ne peut disconvenir, mais répartis dans des thématiques transverses qui en dispersent l’intelligibilité. Ensuite, un catalogue de recommandations digressives sur les causes, allusives sur le fond, mais qui, tout en s’habillant d’un jargon euphémistique, insinuent des conclusions encore plus aggravantes. À tel point que certaines phrases contiennent tout et son contraire, laissant par-là même présumer que ceux qui en parcourent les derniers mots ont déjà oublié les mots du début. Là aussi, comme si quelqu’un vous disait, d’un seul tenant : vous avez reçu pas mal de coups jusqu’ici, mais soyez tranquilles : ceux que je vais vous donner seront parmi les derniers.

Avouons que si la démarche n’est pas vraiment inédite au sens du parcours moderne de l’éducation et de la recherche, l’habillage se révèle tellement clownesque, sur ce dossier, qu’on se croirait dans un numéro de mauvais cirque, fait d’une pseudo-campagne de consultations de 23 Sociétés Savantes (avec près de 9000 réponses, évidemment laissées pour compte), et de conclusions préconçues.

In fine, le proverbe pré-cité n’est peut-être plus si judicieux que cela : à défaut, on pourrait lui substituer celui de ça passe et ça glisse. Car au milieu des scandales de tous types et de la volatilité des sujets de préoccupation, ce qui préfigure dramatiquement la bientôt Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) en devient presque anecdotique. Même si cela revient à oublier ce qu’annoncèrent, rien que dans l’Histoire européenne, les autodafés infligés à la controverse, au libre arbitre et à la Science. Et cela concerne jusqu’à ce qu’on appelle un peu vite l’Histoire présente, à voir par exemple ce qu’est devenue aujourd’hui l’Université turque, où de funestes clowns ont remplacé nos confrères jetés à la rue.

Nous autres, éduqué.e.s au spontanéisme à tous crins, ne laissons-nous peu à peu des appareils et programmes abordables, grosso modo la technique, faire pour nous un travail qui nous appartient ? Devant l’essor industrieux du web et des applis, nous voilà soulagé.e.s de ce que leur machinerie n’est pourtant faite que pour favoriser : pratiquer des recoupements, établir des liens, se saisir des apports de la recherche, montrer ce que le temps présent suppose de faits antérieurs. Mais dans l’élan de la démémoration induite et du discours duplique, tout glisse

Pour reprendre l’expression de Zygmunt Bauman, les sociétés liquides ont notamment pour particularités de rendre les propos inconsistants, les jugements pressés et les avis pressants. Ainsi entend-on défiler de grands mots, toutes sortes de jargons sucrés, à mesure que le sens de ce qui est en marche se liquéfie dans le flux des dires et des non-dits.

À l’usage, on peut parler de billevesées, encore que les termes de blabla, hâbleries ou fariboles conviendraient aussi. Celui de billevesée a néanmoins pour atout, outre de désigner selon le TLF un « propos » ou un « écrit vide de sens », de rappeler, à travers son historique, ce qui en caractérise aujourd’hui même les particularités numériques. Le TLF évoque ainsi une « racine onomatopéique ves- exprimant un léger bourdonnement » : ce que signifie, précisément, buzz en anglais. Ce que ce dernier mot apporte en plus, en revanche, revient à signifier que l’arène publique se satisfait à ce point du rien qu’elle en fait un tout à part entière. L’ébruitement amenuise alors le scepticisme, et le vacarme dilue la perplexité : bienvenue dans l’infatigable usine du non-sens permanent.

En grand critique – constructif – de l’instant, Kierkegaard admet que le temps défile en ces termes qu’il est quelquefois difficile de distinguer le présent du passé, dans une course vers le devenir qui rend par moments le présent peu intelligible… à moins de concilier des temporalités pour le moins éparpillées. Or l’auteur de ce billet n’oublie pas que ce rappel ne vient pas de lui, mais d’un très bel article que Jean Nizet fit paraître dans la Revue Philosophique de Louvain (71, 10), en 1973.

Histoire de ne pas oublier, à notre tour, ceux qui nous ont précédés.

Cite this article as: Frédéric TORTERAT, "Se démémorer, vb, fig. : avoir délibérément la mémoire courte," in Les Carnets du Cedrhe, 04/03/2020, https://cedrhe.hypotheses.org/312.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.