I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ?

« I have a green dream », « Il n’y a pas de petits gestes quand on est des millions », « Life in plastic isn’t fantastic », « la terre c’est comme la bière plus c’est chaud moins c’est bon », « on ne nique pas sa mer » etc. Tous ces slogans issus de la manifestation bruxelloise du 14 février 2019 de Youth for climate illustrent à la fois le coté potache de la gigantesque manifestation hebdomadaire qui regroupe plusieurs dizaines de milliers de jeunes lycéens et étudiants, mais aussi la force d’une partie de la jeunesse qui décide, avec ses propres moyens d’entrer dans le débat politique sur la question climatique.

Comme souvent au départ, dans notre société de la communication, une image  émerge, forte et émouvante. Ici c’est celle de Greta Thunberg, jeune adolescente suédoise, le visage fermée, seule devant le parlement suédois avec sa pancarte « Skolstrejk För klimatet ». Son action, faire grève de l’école tous les vendredis depuis la rentrée scolaire en aout 2018 devient emblématique d’une jeunesse qui veut lutter pour son avenir. Nous avons dans un récent article, rappelé comment et pourquoi son message percutant devenait un levier pour contester l’immobilisme des gouvernants face à l’urgence nécessaire d’une transition écologique. Les manifestations Youth for climate se multiplient avec un mot d’ordre clair d’une convergence de toutes les contestations dans le monde le 15 mars par une grève scolaire mondiale pour l’avenir.

Les difficultés d’une réelle mobilisation des lycéens et des étudiants en France interrogent. Néanmoins, depuis quelques semaines, des mobilisations d’enseignant.e.s, d’étudiant.e.s se multiplient et intègrent le mouvement des « grèves scolaires ». En Belgique, la forte mobilisation oblige les gouvernants à écouter, à dialoguer avec les lycéens contestataires. La ministre flamande de l’environnement a même dû démissionner après ses propos mensongers contre les organisateurs de manifestations.

La forme choisie de la grève scolaire doit nous interpeller. La question posée est bien pourquoi aller à l’école si on n’a pas de futur. Action inédite, elle marque à la fois une référence à une grève sociale du travailleur mais aussi la grève de la faim comme moyen de résistance. Cette forme de contestation, seule ne peut suffire, elle reste singulière mais elle peut être une étape de la prise de conscience de l’immobilisme de la plupart des pays sur la question climatique. Elle peut même être rapidement récupérée par les gouvernants mais indéniablement cette forme de contestation ne peut laisser indifférent. Nous l’avons souligné dans un entretien, pour nous «contrairement à ce qu’on pourrait penser, les jeunes ne sont pas nihilistes du tout. Ils croient encore aux possibilités de sauver le climat, à notre capacité d’action collective. Plus que les adultes, ce sont eux qui s’inscrivent dans la longue durée».

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ?," in Les Carnets du Cedrhe, 20/02/2019, https://cedrhe.hypotheses.org/299.


2 réponses sur “I have a green dream : Grève scolaire pour le climat, une action singulière ?”

  1. Oui, les actions et les mobilisations menées par les jeunes sont essentielles et déjà anciennes, et donc transgénérationnelles. Mais elles montent en puissance. Elles doivent conduire tout éducateur, formateur et/ou enseignant-chercheur en éducation à s’interroger sur ses missions et sur le sens de son engagement professionnel. Et il y a urgence, d’autant que les solutions existent et sont connues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.