Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?

« Durf denken » (ose penser) est l’une des devises de la prestigieuse Université de Gand en Belgique, c’est aussi le nom d’une initiative de 2018 de cette université pour tester l’esprit critique des étudiants.

Cette « expérience sociale » a été préparée par plusieurs enseignants pour  observer le degré de soumission à l’autorité des étudiants ainsi que leur capacité à s’insurger.

Le contexte est donc très particulier, des amphis pleins avec des centaines d’étudiants, des enseignants qui assenaient avec force et autorité lors d’un cours magistral des contre-vérités sur la théorie de l’évolution ou des provocations à l’égard des étudiants.

Ce test est dans l’esprit de l’expérience pédagogique relaté dans le film La vague, film que nous avions étudié avec les étudiants de M1 de la Faculté d’Education il y a quelques années lors des soirées du Cedrhe. L’idée initiale était la même : lutter contre l’obéissance aveugle à une autorité quelle qu’elle soit. Dans La vague, un enseignant, pour faire comprendre à sa classe ce qu’est un régime autoritaire et totalitaire, « crée » les conditions de la soumission d’un groupe.

Ici rien de tel, juste des contre-vérités distillées dans trois cours différents par trois enseignants.

Comme on le voit sur les vidéos, les réactions de surprises puis d’interpellation peine à venir de la part des étudiants.

Clairement, cette expérience a frustré les enseignants à l’initiative de cette expérience car ils espéraient une rébellion ou au moins une opposition et une argumentation. Or ils ont noté des regards, de l’incompréhension mais de grandes difficultés à oser s’exprimer.

Il nous semble que cette expérience, avec ses défauts mais aussi ses intérêts peut nous aider à réfléchir à plusieurs points.

Tout d’abord, pour reprendre l’objectif de cette expérience, l’esprit critique s’apprend et doit permettre l’émancipation individuelle et collective. Ne pas accepter un discours tout fait, réfléchir par soi-même et confronter ses sources sont des bases pour réfléchir et agir en citoyen libre et responsable.

Certes ce genre d’initiative est toujours complexe en raison même du statut des différents protagonistes (des enseignants et des étudiants), les relations ne sont pas « égales » et elles se passent dans un espace spécifique, l’amphithéâtre universitaire et dans le temps d’un cours magistral.

On perçoit bien dans la vidéo de l’expérience, le contraste entre les deux phases de l’esprit critique. Réfléchir par soi-même et exprimer ses idées sont deux actes distincts.

Il convient ensuite, à notre avis, de remettre dans son contexte ce type d’expérience. Quelle est l’image des enseignants par les étudiants lors d’un cours magistral ? Ce type de situation d’apprentissage ne développe-t-il pas une écoute passive, une écoute « zapping » où l’on prend ce qui semble être intéressant mais où l’on « omet » tous les propos jugés « scories » ou même on ne les entend pas car l’attention est prise par autre chose que l’écoute attentive. Les étudiants n’ont-ils pas pris aussi l’habitude de laisser de coté les propos déplacés, les jugements de valeur de certains professeurs ? Ces propos sont peut-être durs à entendre pour les enseignants mais n’y a-t-il pas une part de réalité ?

L’écoute passive doit être substituée à des moyens d’enseigner qui permettent des prises de parole. L’interactivité ne se décrète pas, elle doit être prise en compte par la pédagogie universitaire par de nouvelles formes d’enseignement, des travaux de groupes et au sein de locaux adaptés à des pédagogies coopératives pour stimuler les réflexions critiques et développer, les prises de parole argumentées.

Finalement cette expérience interroge autant les réactions des étudiants que la nécessité de faire évoluer la relation pédagogique au sein de l’université.

Mais au-delà de ces considérations, cette expérience rappelle  d’une part la nécessité d’un apprentissage à l’esprit critique dans une société ou les fake-news sont  partie intégrante  des outils de communications et de propagande et d’autre part le besoin d’apprendre la prise de parole pour développer la confiance en soi et la possibilité d’exprimer pleinement ses propres idées.

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?," in Les Carnets du Cedrhe, 15/01/2019, https://cedrhe.hypotheses.org/273.

Une réponse sur “Oser penser pour oser agir : une initiative osée ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.