Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ?

Prendre l’initiative de lancer l’alerte n’est pas d’hier. Le moins que l’on puisse faire consisterait à reconnaître cette démarche à tous les êtres vivants depuis les débuts du monde, jusqu’aux plantes, qui elles aussi préviennent, à leur manière, de ce qui les tourmente.

Avant tout, alerter ne se réduit pas au fait de porter à la connaissance de tou.te.s. Cela revient aussi, la plupart du temps, à se positionner contre. Dans un article paru en 1989 à propos notamment des contradictions, Marc Angenot note que « pour évaluer l’écart d’intelligibilité qui sépare, en un moment historique déterminé », les discours « légitimés par tous » et les contre-discours, « nous ne pouvons nous fier ni au jugement de notre propre temps, ni au repérage de marques formelles d’une subversion des codes prévalants » (p. 19). En bref, on peut mettre toutes les étiquettes qu’on veut sur l’expression contestataire, il est tout aussi difficile de résumer un contre-discours ambiant qu’un discours dominant (Van Dijk, 1988, p. 138 ; Fairclough, 2001).

Car contrairement aux plantes, l’Humanité palabre, élucubre et tergiverse. Elle discute de société et même de société marchande, d’économie, et même d’économie de la connaissance. Après tout, à quoi bon s’en plaindre ? La plante elle-même ne commerce-t-elle pas avec les abeilles – pour peu qu’il en reste – un tantinet de son produit intérieur brut contre une assurance-vie ? Le réflexe est tout autre en revanche quand on la brutalise : face aux chenilles qui l’accablent, la plante n’a d’autre possibilité que de lancer l’alerte, et quand l’alerte ne suffit plus, elle se rebiffe, quitte à fabriquer ses propres poisons.

Pour autant, l’analogie s’arrête là : contrairement aux buis et aux anémones, nous autres oublions bien vite notre fragilité, qui plus est quand l’Histoire semble nous garantir un semblant de pérennité. À cet égard, tel grand lanceur d’alerte, J.M.G. Le Clézio, prévient dans les entretiens d’Ailleurs (2006) que « la société occidentale ignore complètement qu’elle est mortelle » (p. 33). Bien avant lui, qui de plus pédagogue qu’Aristote, lequel, tout en présentant l’économie comme un bien commun, alerte sur le fait qu’en débouchant vers un maximum de profits, l’échange de valeurs marchandes compromet la société ? Le philosophe donne même à ce mécanisme un nom, celui de chrématistique (Politique, I, 9), que beaucoup aujourd’hui tendraient à désigner sous le terme un peu facile d’ultra-libéralisme.

Sur ces sujets, l’Éducation et le Travail social ne sont pas en reste. Telle la pétition pour L’école de la réussite de tous et de la formation des citoyens, rappelant que « dans le dialogue permanent que l’école doit entretenir avec la recherche », celle-ci « ne peut être instrumentalisée ». Tels les intervenants de la protection de l’enfance de Seine-Saint-Denis, rassemblés début décembre 2018, à Bobigny, un mois après l’« appel au secours » lancé par les juges pour enfants de la ville. Ainsi cette pétition lancée par 21 associations, dont April (pour le logiciel libre) à la suite de l’extension, lundi 30 novembre 2015, d’un partenariat entre l’Éducation nationale et un mastodonte de l’informatique. Ou encore Michel Delord, allant jusqu’à dénoncer la « mécanisation de la pensée » dans un article de L’Inventaire (2015), après la mise en place d’un grand marché des écrans dans les écoles de la République. Ovide Decroly lui-même, dans un article paru dans L’École nationale en 1905, invitait l’institution scolaire à permettre, à l’enfant, d’« avoir de l’initiative, de la décision, de la persévérance » (cf. Wagnon, 2008) : il n’est pas certain que dialoguer avec une machine y soit forcément propice, surtout si cela passe surtout par un Big Bargain.

L’alerte consiste quelquefois juste à dire ce qui est, comme une mesure, discriminatoire, contre les étudiants étrangers. Elle concerne également ce qui figure « dans les cartons », prêt à s’extraire de l’ombre au moment opportun, comme une admissibilité aux concours du Professorat au terme d’un premier cycle suffisamment récoltant pour fournir toute la main d’œuvre, et piéger dans les filets d’une illusoire admission des milliers de professeur.e.s contractuel.le.s. Alarmer sur ce déjà-là doublé d’un pas-encore n’est pas sans risque : en témoigne Dominique Bucheton, dont plusieurs conférences ont été annulées par diverses institutions. Le lancement d’alerte serait-il à ce point subversif ? Ne correspondrait-il pas, au contraire, à quelque pédagogie du dernier recours ? En fait, tout contre-discours a besoin, pour aboutir, d’un dialogue : depuis au moins la parrêsia antique (Foucault, 1984), le pas doit venir tant du locuteur que de son interlocuteur. Pour peu qu’il y en ait un…

En termes de dialogue social justement, ce qu’on appelle depuis l’automne 2018 les « gilets jaunes » a tout d’un mouvement populaire, certes un peu dispersé, quelquefois même inintelligible. Mais sa mécanique est là : un lancement d’alerte, pour ne pas dire un cri d’alarme, sur le modèle pseudo-économique du chacun-pour-soi, la multiplication des conditions de vie indécentes, les doubles discours… Nombreux sont les intellectuels, qu’ils fussent sociologues, anthropologues, économistes ou éducateurs, ayant averti sur le ressentiment sourd provoqué par un quotidien avachi sous les factures, empêtré dans la débrouille, amoindri par le remboursement généralisé d’une dette à laquelle le commun des mortels a si peu contribué (cf. les travaux de Jean-Claude Daumas, et pour ce qui nous concerne Torterat, 2011, 2016). Mais les gens se reparlent. À ce titre, ils se repolitisent, notamment contre un affairisme qui déconstruit le social. Le dire n’est pas vraiment fair play, mais l’alerte n’a rien d’un tact… M.A. Paveau (2010) rappelle d’ailleurs sur ce point que « la parole du lanceur d’alerte est en effet inscrite dans une axiologie négative, imprégnée de morale : ce n’est pas une “bonne parole”, mais plutôt un discours issu d’une “mauvaise” langue ». S’y emploient Matthieu Amiech et Julien Mattern qui, parmi tant d’autres, rappelaient voici quelque temps que « nous n’en sortirons pas, tant que nous ne mettrons pas frontalement en cause l’emprise délirante de la consommation et de ses techniques sur nos vies » (2004, p. 92). Et la mobilisation, qu’elle soit pour ou contre, reste souvent un passage obligé. En témoigne cette fois-ci Clément Petitjean, ce dernier rapportant, dans un article de Savoir Agir (2015), l’alerte lancée par J.B., education organizer pour la Kenwood Oakland Community Organization implantée dans le ghetto noir du South Side, à Chicago : dénonçant la fermeture du Lycée de Dyett, le whistleblower affirme alors qu’« une semaine de grève ou cinq jours d’actions militantes, cela ne suffit pas. Il faut une pression constante ».

Qu’ils soient individuels, groupaux ou populationnels, les lancements d’alerte sont aussi les derniers tressauts de la tentative pédagogique. Après, il ne reste plus que la brutalité, les rumeurs du va-tout, le vacarme…

Sur ce chapitre, qu’on nous permette de terminer ce billet avec une petite histoire, telle que l’eût rédigée mille fois mieux que nous l’auteur de Zadig. Un sacré lanceur d’alerte celui-là, et dont le Dictionnaire Philosophique est par ailleurs plus que jamais d’actualité.

Dans l’un de ces pâles pays dont j’ai oublié le nom, vivait une population dont l’éducation et la culture se répandaient au-delà de leurs régions, et qui, entourée d’une campagne verdoyante, pourvoyait à ses besoins malgré le désordre des saisons. Ses villes, empreintes de savoirs et de savoir-faire, abondaient de fêtes communes, et l’on y joignait autant que possible la persévérance du travail au plaisir d’être ensemble. Les jours furent assez tranquilles jusqu’à ce que certains, pétris d’orgueil, exigeassent de la terre plus qu’elle ne pouvait donner, et remplissent les cités de graves inconforts. Insatisfaits de leurs biens accumulés, ils en accumulèrent davantage encore, faisant des créances de quelques-uns la dette de tous. Or, la dette devint bientôt à ce point insupportable qu’au lieu d’en dépérir, les plus pourvus la firent supporter par la population, au nom de ce qu’ils appelèrent l’Austérité. Leur fraude impunie s’immisça bientôt dans tous les rouages de la société, bâclant l’éducation, compromettant le soin. Les détenteurs du pouvoir, achetés à bas prix, organisèrent la suite de cette débâcle en rendant les pauvres responsables de leur pauvreté, en diminuant les diminués, et en amenant tout, y compris l’intimité, à devenir un bien marchand. En intimidant les protestataires, on criminalisa la protestation. La mesure et la tempérance ayant été remplacées par la division, on élit par défaut quelqu’un qui eut le bon esprit de s’immiscer entre les Fanatiques et les tribus, flattant les uns pour assommer les autres, et bernant à ce point jusqu’à ses propres rangs qu’on nomma cette période le Temps des Dupes.

Au moment même où les géôles se multipliaient aux portes de l’Orient, un farfelu nommé Trompe devint Chefaillon au-delà de l’Atlantique. Ce dernier, gonflé d’impudeur et de caprices, fit grandir des murs autour de son pays, à tel point qu’on n’y parla plus que des frontières, qu’il rendit aussi étanches que les parois d’une cuve d’acier. Ne pouvant faire bâtir tous les murs par ses propres tâcherons, il exigea des pays attenants qu’ils en fissent de même, et pour ceux qui refusèrent, il traita les leurs comme on traite le bétail dans un enclos. Quand les migrants vinrent par familles, il enferma les pères, et poussa l’outrance jusqu’à arracher les enfants de leurs mères, les affamant dans la poussière des camps. Les discours se raidirent en même temps que s’accrut la bêtise, et les sociétés, empêtrées dans les dissensions, achevèrent de se consumer dans le ressentiment.

Aujourd’hui que je traverse ces terres arides où les débris se mêlent au sable, j’ai peine à croire qu’un jour elles furent arables et pleines de réjouissances.

Références :

Amiech, M. ; Mattern, J. (2004). Le Cauchemar de Don Quichotte. Paris, Climats.

Angenot, M. (1989). Hégémonie, dissidence et contre-discours : réflexions sur les périphéries du discours social en 1889. Études littéraires 22(2) : 11-24.

Delord, M. (2015). Un Aspect de la taylorisation des neurones, les nouvelles technologies à l’école. L’Inventaire 2 : 37-54.

Fairclough, N. (2001). Critical discourse analysis as a method in social scientific research. Methods of critical discourse analysis 5 : 121-138.

Foucault, M. (2009 [1984]), Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984, Paris, Gallimard, Coll. Seuil.

Le Clézio, J.M.G. (2006). Ailleurs. Paris, Arléa.

Paveau, M.A. (octobre 2010), Les diseurs de vérité (5). Le lanceur d’alerte, une figure sociologique froide (sur Hypotheses.org) : https://penseedudiscours.hypotheses.org/1189

Petitjean, C. (2015). « Eux, ils n’ont pas besoin de manifester pour avoir tout ce qu’ils ont ». Savoir Agir 33 : 73-79.

Torterat, F. (2011). Entre linguistique, psychologie politique et sociologie des médias : les écarts discursifs comme lieux de l’inconscient collectif. Les cahiers psychologie politique 18. URL : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1842

Torterat, F. (2016). Harald Weinrich, Linguistique du mensonge. Questions de communication 30. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10948

Van Dijk, T. (1988). El discurso y la reproducción del racismo. Lenguaje en contexto 1(1) : 131-180.

Voltaire (1769). Dictionnaire Philosophique.

Wagnon, S. (2008). Ovide Decroly, un programme d’une « école dans la vie » aux accents leplaysiens ? Le Télémaque 33(1) : 129-138.

Cite this article as: Frédéric TORTERAT, "Le lancement d’alerte, une pédagogie du contre-discours ?," in Les Carnets du Cedrhe, 10/01/2019, https://cedrhe.hypotheses.org/237.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.