Éphéméride du 23 février

Pour accompagner la réforme du lycée qui se profile, le gouvernement évoque la nécessité d’attester d’un niveau européen B2 en langues par une certification externe et privée pour chaque élève de terminale, ce qui interroge sur la place de l’évaluation des langues au baccalauréat et sur le contenu des enseignements pour préparer les élèves à ces tests privés.

L’établissement public de formation que nous sommes se remémore avec joie, en ce jour, le 23 février 1959, date à laquelle la Cour Européenne des Droits de l’Homme a poussé son premier cri lors de sa première réunion, organisation instituée par le Conseil de l’Europe et qui protège les droits de tous les habitants de l’Union Européenne.

Ah ! Le Conseil de l’Europe, vénérable institution connue de tous les enseignants de langues et des formateurs pour avoir changé leur vie professionnelle en publiant le Cadre Européen de Référence pour les Langues (CECRL pour les intimes) et ses niveaux A1, A2, B1, B2… qu’il a fallu attester par des certifications !

Malheureusement, le 23 février 2018, nous avons également reçu un avis de décès, celui de la certification publique des niveaux de langues ou Cles, et l’éloge funèbre au titre ô combien poignant, « Stratégie du gouvernement en matière de commerce extérieur », a été prononcée par le Premier Ministre, M. Edouard Philippe en personne.

La terrible nouvelle est tombée : « à terme, chaque étudiant à la fin de son lycée et au plus tard en fin de licence aura passé un test de type Cambridge, IELTS, financé par l’État, et qui donnera donc un niveau reconnu partout à l’étranger. Les certifications se développeront également dans le supérieur ».

Les fossoyeurs, exclusivement anglo-saxons, Cambridge, IELTS et autres TOEIC et TOEFL, en appellent à votre bon cœur, mesdames et messieurs les contribuables, pour leurs émoluments. Il en coûtera, pour chacun, entre 78 et 285 euros par candidat et ils ne rempliront leur fonction que pour une durée de deux ans. Ils se manifestent déjà au travers de sites dédiés et sur la plateforme parcours sup elle-même, les liens vers les certifications en langue renvoient vers leurs sites.

Je présente toutes mes condoléances, me joignant ainsi à de nombreuses sociétés savantes, à la famille du Cles, certification de l’Enseignement Supérieur, accréditée par le MESRI, dont le coût était supporté par le réseau des universités et qui existait en 9 langues.

Mais, le 23 février est également la St Lazare et, comme ce fut le cas pour ce protagoniste de nombreuses légendes orientales et occidentales, nous pouvons espérer que le Cles, déclaré mort et mis au sépulcre, en sortira vivant suite à la mobilisation des enseignants attachés au service public et à l’égalité des chances.

 

Cite this article as: sabine requier-ulrich, "Éphéméride du 23 février," in Les Carnets du Cedrhe, 10/04/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/166.

Une pensée sur “Éphéméride du 23 février”

  1. Où l’on commence à mesurer quelle boîte de Pandore est Parcours Sup, laquelle plateforme, en plus d’organiser la sélection à l’Université, fournit déjà des données confidentielles à des officines privées.
    Et ce n’est, évidemment, qu’un début si nous laissons faire.
    Frédéric Torterat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.