Une pizza Montessori, s’il-vous-plait !

Une école de ski Montessori ? Pourquoi pas finalement. Créée à la station de La Bresse en Alsace, la station Mooshot prône une inspiration montessorienne.

Où trouve-t-on une trace de Maria Montessori dans cette  initiative ? Sur le site de la nouvelle station, on parle d’une « certification Montessori » (sic) à venir mais surtout on fait référence au plaisir et au jeu. D’un autre coté heureusement, car on ne va a priori pas aller faire du ski pendant les vacances pour se prendre la tête. Les initiateurs le soulignent, ils veulent une école de ski libre avec un enseignement de type Montessori où l’enseignant s’adapte à l’élève : « On voulait un espace de liberté, du ski détendu». Mais on comprend le « concept » : surfer sur la vague Montessori, permettre aux parents de poursuivre leur action bienveillante  au-delà même des jeux Montessori achetés chez « Nature et découvertes » pour Noël.

A partir de là, pourquoi pas une pizza végétarienne Montessori, inspiration directe de la volonté montessorienne ?

On y viendra c’est sûr. Déjà, dans le livre « Une journée Montessori : mettez en pratique la parentalité positive et organisez votre quotidien pour révéler les supers pouvoir de votre enfant » (Audrey Zucchi, 2017) , un chapitre initie à « l’alimentation positive » mais aussi à l’adoption d’une « philosophie du hygge » (la philosophie danoise du bonheur : prononcez « hugueu ») avec une prescription : « tous les dimanches soir, on prépare ensemble une pizza ».

Une pizza préparée donc et mangée dans le partage, à son rythme, avec plaisir, végétarienne pour être dans l’esprit Montessori, serait une première étape vers le bien-être.

Montessori est-elle devenue à ce point en vogue, que tout peut devenir montessorien ? Quelle est l’attitude des pédagogues montessoriens formés à cette pédagogie face à cet engouement sans borne ?

Certes cette tendance, lourde à notre avis et non pas une simple mode, a pu faire sortir le mouvement pédagogique de la tour d’ivoire où il se trouvait jusqu’aux années 2000 en France. Mais maintenant comment comprendre que tout devient Montessori     ? Le risque n’est-il pas d’une part que tout est dans rien et d’autre part qu’à vouloir être Montessori à tout prix, on pervertisse réellement la pensée et les pratiques montessoriennes ? Dans l’enseignement, n’y a-t-il pas un risque à entendre « je fais du Montessori » sans formation Montessori ? Il est sûr que lorsque le ministre de l’Education Nationale actuel entend insuffler « l’esprit Montessori », on est dans la même logique.

Le rayonnement des neurosciences, allié à une volonté politique et à une aspiration de plus en plus grande de la population à un développement personnalisé des enfants, peuvent-ils rendre Montessori soluble dans l’enseignement public et non plus seulement dans des établissements privés hors contrat ? Il convient peut-être de redéfinir réellement ce qu’est la pédagogie Montessori pour éviter que la pizza reine ne devienne qu’une pizza décongelée, inodore, incolore et sans saveur, voire immangeable.

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "Une pizza Montessori, s’il-vous-plait !," in Les Carnets du Cedrhe, 16/02/2018, https://cedrhe.hypotheses.org/146.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *