L’éclipse pédagogique

Les programmes des candidats à la présidentielle sont maintenant connus concernant l’éducation. Bien sur la quasi-totalité de programmes  soulignent la volonté de leurs promoteurs de « faire un effort » en faveur de l’éducation prioritaire et d’une mixité sociale face à un système éducatif inégalitaire. Mais les mesures proposées se concentrent sur deux axes. Le premier concerne les questions de moyens, de nombre d’enseignants, d’heures de travail des enseignants. Certes ces questions sont importantes et l’accroissement ou la réduction drastique du nombre d’enseignants auront des incidences certaines. Le second axe de mesures se veut plus « technique » : nombre d’heures pour certaines disciplines dites « fondamentales », port de la blouse, d’un uniforme, absence des portables. Bref des propositions qui sous-tendent une sorte de nostalgie, de mythe d’un temps passé ou l’on « travaillait » à l’école !

Mais quelles finalités voulons-nous pour notre école ? Quelle vision de l’éducation pour notre société et quelle société future voulons-nous par l’éducation ?

L’absence de propositions ou même de questionnements sur les pratiques pédagogiques interrogent. S’agit-il d’un refus de s’y intéresser, voire une peur d’utiliser le terme de « pédagogie » ?

Escamoter ce débat c’est se complaire dans une éclipse pédagogique, c’est refuser de voir la réalité en face.

Car nous sommes en train de vivre pour l’éducation un phénomène qui est de même nature que la transition écologique. Un phénomène irrémédiable qui sera d’autant plus violent si nous ne prenons pas les mesures rapidement. Il faut penser une société sans pétrole, nous devons du point de vue pédagogique penser de nouvelles façons d’apprendre. Le statu quo ne profite qu’à ceux qui profitent déjà de la situation actuelle. Une réflexion pédagogique est donc une réflexion démocratique.

Les candidats à la présidentielle font semblant de ne pas voir l’urgence de la situation dans ce domaine alors qu’il s’agissait d’un moment possible de clarification. Semblant car le rapport du 22 septembre 2016 de France Stratégie, l’ancien commissariat au plan, donc instance institutionnelle, posait la question d’une école à la croisée de plusieurs modèles pédagogiques. Trois pour être précis.

Le premier modèle est celui d’une école qui prépare au monde professionnel et dont l’enjeu est « de développer chez les élèves les savoirs et les compétences professionnelles dont ils auront besoin pour participer au mieux à la société ».

Le second modèle préconise une école qui permet le développement de la personnalité en soulignant que « l’école doit permettre à chaque enfant de développer des aspirations et des talents propres dans lesquels il s’épanouit »

Enfin, le troisième modèle est centré autour d’une école qui transmet une culture commune permettant de définir un ensemble de savoirs pour « former des individus cultivés et éclairés et consolider une communauté nationale ».

A travers ces « modèles » le rapport pose une série de questions essentielles : que faut-il changer dans l’école pour qu’elle fasse progresser l’ensemble des élèves et réduise le poids des déterminismes sociaux ? Faut-il investir davantage ? et surtout comment enseigner autrement ?

Cette éclipse pédagogique est aujourd’hui préjudiciable car ce n’est plus seulement par des approches comptables et des questions de contenus des programmes qu’une évolution, qu’une révolution est possible. Il y a une nécessité de repenser les situations et les méthodes d’apprentissage au XXIe siècle qui pourra élaborer une autre société plus solidaire et démocratique.

Quand voudrons nous, au-delà des discours, prendre en compte la mutation de notre société, le fait que la transmission frontale ne correspond en rien à une réflexion libre et ouverte, que l’instruction par la mémorisation n’est plus, comme n’a jamais été, l’Alpha et l’Omega des apprentissages, que savoir trouver une information fiable dans notre monde de communication est un apprentissage nécessaire, que hiérarchiser, confronter des sources sont des compétences d’un futur citoyen d’une société démocratique. Si l’on veut que l’éducation libère et unisse alors nous devons penser des méthodes pédagogiques qui permettent l’autonomie, la responsabilité du futur adulte, des activités qui n’innovent pas pour innover mais qui développent l’entraide et la coopération. Seul on ne peut rien, ensemble nous pouvons tout n’est pas qu’un slogan, cela s’apprend.

Au début du XXe siècle des pédagogues comme Maria Montessori, Ovide Decroly ou Célestin Freinet, pour ne citer que quelques noms, ont réfléchi et pratiqué une transformation des pratiques éducatives. Cette « éducation nouvelle » aux méthodes actives met l’accent sur l’intérêt, sur des activités non plus structurées par des disciplines scolaires obsolètes mais des centres d’intérêts cohérents qui dessinent une éducation équilibrée entre la transmission de savoirs, de compétences et la volonté d’épanouissement personnel et collectif. Il ne s’agit pas d’idéaliser leurs réflexions, qui parfois ont terriblement vieillies ou qui parfois sont d’une modernité éclairante mais aussi inquiétante tant elles marquent notre absence actuelle de réflexion sur notre propre société. Leurs principes restent toutefois des bases et les résultats des écoles de ces courants méritent toute notre attention. Le succès actuel de la pédagogie Montessori est bien le fait d’un intérêt grandissant de parents, de citoyens, d’enseignants du public qui illustre qu’une évolution est possible en la matière.

Il ne s’agit pas d’innover pour innover mais de comprendre ce que l’on veut faire, quelle méthodes utiliser, comment et surtout pourquoi. Structurer une réflexion éducative pour notre société est une urgence politique, sociale, morale. L’avenir ne peut venir que de la jeunesse car la jeunesse est notre avenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *