ParentsProfsLeMag : on rigole, on rigole mais pas que…

Jean-Jacques, le Mag devenu ParentsProfsLeMag est un blog, initié par un professeur des écoles et un parent, qui n’a comme seul objectif affiché que d’être « déconnant ». On a un blog qui de toute évidence souhaite ne pas être pris au sérieux et le fait même d’en parler dans un carnet lié à la recherche universitaire pourra surprendre ses concepteurs.

Si nous souhaitions parler de ce site c’est parce que c’est la garantie de passer un bon moment. Certes si l’on est parent et/ou prof c’est mieux, et c’est déjà une cible assez large, car parfois c’est un humour qui reste dans les limites des sphères du professoral et du parental – ou des deux.

Derrière la drôlerie, l’autodérision, les récits des petits travers des personnels de l’Education  Nationale (en fait surtout de maternelle, primaire et ESPE) se cachent des éléments sur les tendances « lourdes » de l’éducation.

Le site a ses bons clients et Philippe Meirieu en est un. Nous ne doutons pas que si le pédagogue connait ce site il sera le premier amusé. Ce running gag – Philippe Meirieu permet à chaque couverture de « placer » une information forcément véridique : « Philippe Meirieu, je suis vegan », « Philippe Meirieu, son duo avec Matt Pokota », « son été de folie à Ibiza », « les images de sa sextape », « je suis fier de représenter la France à l’Eurovision », « mes astuces make up », « pourquoi je rejoins les Kids Uniteds », « pourquoi je rejoins Touche pas à mon poste » etc.

Derrière cette vision, on perçoit justement la force et la faiblesse de Philippe Meirieu. Il est incontournable dans le paysage éducatif, il est de loin le pédagogue le plus attaqué par ses adversaires, le plus calomnié par des détracteurs qui clairement n’ont jamais lu un de ses ouvrages (pourtant très nombreux, je n’ai pas dit trop, je ne me le permettrais pas). C’est en même temps celui qui a le plus contribué à faire connaitre les « méthodes actives, les rouages éducatifs, qui a donné tellement de son temps hier comme aujourd’hui à la « cause » d’une rénovation éducative. Chef de file des pédagogues réformateurs Philippe Meirieu est sur tous les fronts et cela donne parfois l’impression qu’il est seul ou que les troupes sont relativement réduites face aux attaques. Mais voilà, finalement ce running gag illustre cette ambivalence à la fois une omniprésence du pédagogue, grâce à ses idées et son charisme, et le risque d’être la seule cible de tous les maux du système éducatif. Les plaisanteries du site sont finalement « affectueuses » car s’il n’existait pas il faudrait l’inventer !

Autre exemple : le « cas Alvarez ». Là encore le site fait de la très médiatique enseignante un « bon client », le trait est là plus acide il nous semble. Mais l’importance donnée à Céline Alvarez finalement dit plus qu’il n’y parait. Face à l’écho médiatique, combien d’enseignants ont pu penser en lisant son livre ou en entendant ses propos : tout ça pour ça, que de portes déjà ouvertes. Lorsque le site écrit « les conseils révolutionnaires de Céline Alvarez, alors : « il faut sourire aux enfants car c’est mieux que ne pas sourire » ou « il faut toujours recouvrir les tables avant de faire de la peinture ». C’est finalement encore bon-enfant si j’ose dire mais ça reflète avec bonhomie aussi un intérêt grandissant pour des méthodes « alternatives » et le site de Céline Alvarez et notamment cette cartographie des initiatives issues de son expérience mérite toute notre attention. Cet essor des méthodes montessoriennes n’est pas un leurre et la porosité de plus en plus perceptible avec l’enseignement public, la création d’une association d’enseignants montessoriens au sein de l’éducation nationale publique doit nous permettre de développer nos réflexions sur ce mouvement et son impact pour l’ensemble du paysage éducatif.

Ensuite dans ce site, il y a les « attaques » encore ici très potaches contre la méconnaissance du terrain de la part des formateurs ESPE : « rendez-vous en terre inconnue, Sylvie Brousmiche, prof de Français à l’ESPE découvre une classe de CE2 ». Trop facile aurions-nous envie d’écrire mais ça fait partie du jeu, et le cahier détachable « 20 pages de jeux pour s’occuper pendant les cours à l’ESPE » reste intemporel.

Et puis, on se rassure comme on peut, il nous semble que ce sont les conseillers pédagogiques qui en prennent plus pour leur grade avec des enquêtes « choc » comme : « enquête sur les conseillers péda EPS, je travaille en survêtement, je passe ma journée au bord de la piscine, après les vacances, les vacances continuent » ; « sapée comme mémé, nos astuces pour ne pas s’habiller comme ta conseillère péda » ; « pause, café, café pause, vis ma vie de conseiller pédagogique EPS ». Là il y a de l’acharnement, il me semble, ou les concepteurs du site ont un souci avec l’EPS !

Bon et puis il y a les « tests », là je pense que tout est dit dans les titres : « tu es plutôt spiralaire ou curriculaire » ; « es-tu plutôt vaginale ou montessorienne » ; « quel prof fatigué es-tu ? ». Les rubriques « pratiques » qui montrent une réelle connaissance du « terrain » avec des conseils : « 10 chansons de Yannick Noah pour pourrir ta kermesse d’école » ; « j’ai compris le livret scolaire de ma fille » ; « chic et sexy le jour de l’inspection » ; « comment enseigner avec le numérique sans outils numériques » ; « je relooke ma classe pour 3 euros » ; « Maif, Mgen, Canopé, les hopspots ou il faut être vu ».

Tout ceci nous amène à finalement ne pas se prendre au sérieux et de pouvoir s’amuser de situation que l’on vit.

Il y a enfin les conseils « péda »  et psycho avec des « conseillers » hors-norme qui répondent à des questions existentielles : « j’ai posé des contraintes à mon enfant et il n’a pas l’air traumatisé » ou la question d’Adeline de Montpellier : « peut-on parler pédagogie le premier soir » et évidemment nous ne pouvons-nous empêcher de vous donner la réponse du psy-maison : « Adeline, le plus important dans la vie est d’écouter son cœur, et de se protéger. Laissez-le parler de ses propres expériences : comment construit-il ses progressions ? Exploite-t-il réellement son évaluation diagnostique en début de séquence d’apprentissage ?
De votre côté, conservez une part de mystère. Argumentez sur le choix de votre méthode de lecture. Évoquez à peine votre avis sur le recours à la manipulation en numération. Mais n’allez pas trop loin. Ne rentrez pas dans la différence entre spiralaire et curriculaire. Cela pourrait précipiter les choses négativement. Vous aurez tout le temps d’échanger sur tous ces points quand votre couple sera solide, le soir, après la classe ».

Cite this article as: Sylvain Wagnon, "ParentsProfsLeMag : on rigole, on rigole mais pas que…," in Les Carnets du Cedrhe, 12/04/2017, http://cedrhe.hypotheses.org/69.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *